Glossaire | Autorité européenne de sécurité des aliments Aller au contenu principal

Glossaire

Ce glossaire multilingue fournit des définitions simples des principaux termes scientifiques utilisés sur ce site Web dans le domaine de l'évaluation du risque. Les termes et leurs définitions sont référencés dans nos communications sous forme de notes contextuelles pour expliquer certains concepts à un public profane en la matière.
L'orthographe utilisée est l’orthographe anglaise normalisée. Les acronymes sont en majuscules. Les termes sont présentés en minuscules. Les entrées sont traduites en allemand, espagnol, français et italien.
Le glossaire est un document évolutif qui fait l’objet de mises à jour régulières. Des termes manquants pertinents peuvent être suggérés en utilisant le formulaire en ligne Ask A Question.

Clause de non-responsabilité
Les définitions du glossaire visent uniquement à aider les utilisateurs de ce site Web à comprendre la terminologie scientifique. Les définitions peuvent différer de celles proposées dans la législation de l'Union européenne et dans l’EFSA Journal.

A B C D É F G H I L M N O P Q R S T V Z

A


L’apport adéquat (AA) est une recommandation nutritionnelle utilisée lorsque les données disponibles ne sont pas suffisantes pour calculer les besoins moyens. L’AA est la quantité moyenne d'un nutriment consommée quotidiennement par une population typique en bonne santé et qui est présumée appropriée pour les besoins de la population.

Élément constitutif des protéines. Certains acides aminés peuvent être produits naturellement par le corps humain, tandis que d'autres ne peuvent être fournis que par le biais du régime alimentaire.

Mesure de la capacité d'une substance chimique à exercer un effet, décrite en termes de relation entre la dose utilisée et l'ampleur de l'effet qui en résulte.

Substance délibérément ajoutée à des aliments ou à des boissons pour des raisons technologiques (p. ex. pour conserver, aromatiser, colorer ou conférer une texture particulière). Les additifs alimentaires ne sont normalement pas consommés seuls, ni utilisés comme ingrédients habituels dans les aliments.

Produit intentionnellement ajouté à des aliments destinés aux animaux pour améliorer : i) la qualité des aliments, ii) la qualité des produits alimentaires dérivés des animaux, iii) les performances et la santé des animaux.

Procédé utilisé pour établir la réponse d'un organisme à un mélange de composés chimiques présentant une toxicité similaire, qui implique de déterminer leurs effets individuels avant de prédire l'impact probable du mélange.

Approche destinée à évaluer les risques associés à des mélanges de substances, au cours de laquelle les réponses à chacun des composants individuels sont déterminées et additionnées afin de prédire la réponse au mélange entier. Cette approche n'est valable que si les composants individuels n'interagissent pas les uns avec les autres, c.à.d. si leurs effets sont totalement indépendants.

Abréviation pour « absorption, distribution, métabolisation et excrétion », les quatre processus clés qui décrivent la manière dont les médicaments et les substances chimiques pénètrent dans le corps, ce qu'ils y deviennent et comment ils en sont éliminés.

Molécule complexe en forme de chaîne portant le matériel génétique, présente chez les organismes vivants et certains virus. La molécule d’ADN (acide désoxyribonucléique) peut se copier elle-même et porte les instructions pour la fabrication de toutes les protéines utilisées pour la création et le maintien de la vie.

Organisme (p. ex. bactérie, virus et parasite) susceptible de provoquer une maladie.

Aliment destiné par le producteur à une consommation directe, sans qu’il soit nécessaire de le cuire ou de le soumettre à un quelconque autre traitement.

Les aliments traditionnels constituent un sous-ensemble des nouveaux aliments. Ce terme fait référence à des aliments consommés de façon traditionnelle dans des pays extérieurs à l’UE. Cette catégorie inclut des aliments obtenus à partir de plantes, de micro-organismes, de champignons, d’algues ou d’animaux (par exemple, graines de chia, fruit du baobab, châtaignes d’eau, insectes).

Toute pratique (p. ex. texte ou image) utilisée en marketing alimentaire pour suggérer que la consommation d'un aliment, d'un nutriment ou d'un ingrédient donné pourrait être bénéfique pour la santé./p>

Type d'allégation de santé qui affirme qu'un nutriment ou un ingrédient alimentaire peut contribuer à maintenir un état de santé ou un niveau de performance normal, ou peut contribuer à faciliter le contrôle du poids.

Affirmation qui suggère qu'une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques, telles que « pauvre en graisses » ou « riche en fibres ».

Substance normalement inoffensive, par exemple un ingrédient d'une denrée alimentaire, qui provoque une réaction allergique (immédiate) chez une personne sensible.

Capacité de déclencher une réponse immunitaire anormale conduisant à une réaction allergique chez une personne.

Méthode utilisée pour mettre en balance les risques probables (en termes de fréquence et de gravité) liés à l'exposition à une substance, et les bénéfices probables.

Méthode visant à identifier les sources d'incertitude dans un calcul d'évaluation du risque et à estimer leur ampleur et leur direction, de manière à pouvoir prendre en compte les erreurs.

Système permettant d'identifier, d'évaluer et de maîtriser les dangers associés à la sécurité des aliments. Cette procédure est mise en œuvre par les entreprises du secteur alimentaire pour assurer la sécurité des aliments lors de la production, du stockage et du transport.

Décrit une substance ayant un effet opposé à celui d'une autre substance et annulant ainsi son action; par exemple, une hormone qui, une fois libérée dans l’organisme, empêche une autre hormone d'agir.

Quantité d'une substance (p. ex. d'un nutriment ou d'un composé chimique) qui est absorbée par une personne ou un animal par le biais de son alimentation.

Recommandation nutritionnelle utilisée lorsque les données ne sont pas suffisantes pour calculer les besoins moyens. L’apport adéquat est la quantité moyenne d'un nutriment consommée quotidiennement par une population typique en bonne santé qui est présumée appropriée pour les besoins de la population.

Apport d'un nutriment susceptible de répondre aux besoins de la quasi-totalité des individus en bonne santé dans une population.

Approche de l’évaluation du risque qui tient compte des complexités rencontrées en situation réelle.

Mode de réalisation d’une évaluation toxicologique visant à maximiser son efficacité et à minimiser l'utilisation d'animaux. La méthode consiste à hiérarchiser les tests, en commençant par les tests qui exploitent des informations existantes ou des méthodes biologiques simples, avant de passer à des tests utilisant des cellules et, finalement, des animaux vivants, uniquement si cela s'avère nécessaire.

Type d'acide nucléique présent dans le corps, similaire à l'ADN, mais composé d'un seul brin. La fonction la mieux connue de l'ARN est la transmission d'informations de l'ADN à la machinerie cellulaire chargée de la synthèse des protéines.

Ingrédient ajouté à des denrées alimentaires pour en modifier la saveur ou le parfum.

L’apport de référence pour la population est l’apport d'un nutriment susceptible de répondre aux besoins de la quasi-totalité des individus en bonne santé dans une population.

Processus par lequel, au cours de ses travaux réguliers, l'EFSA identifie une question qui requiert d'être examinée plus en profondeur et s’auto-attribue une tâche.

Substance ajoutée au cours de la transformation d'un aliment pour lui conférer des caractéristiques particulières, par exemple, la levure qui est ajoutée au pain.

Les avis peuvent porter sur l’évaluation d’un risque lié à une question scientifique générale, l’évaluation d’une demande d'autorisation pour un produit, une substance ou une allégation, ou encore l’évaluation d’une analyse des risques.

A B C D É F G H I L M N O P Q R S T V Z