Coopération scientifique internationale

Les questions de sécurité des aliments sont souvent de portée mondiale. Le commerce international, les voyages, les mouvements de population et même les changements climatiques peuvent avoir un impact sur la réglementation en matière de sécurité des aliments au niveau local, national et régional.

C’est pourquoi l'EFSA a institué des contacts de travail étroits avec des agences de sécurité des aliments dans différentes parties du monde et avec diverses organisations internationales. Le programme pluriannuel de l’EFSA sur la coopération scientifique internationale 2014-2016 décrit comment s’organise cette coopération dans la pratique.

Les organisations internationales

L’EFSA soutient l'Union européenne dans ses engagements internationaux en fournissant des conseils d’ordre scientifique et technique pour les activités déployées dans le cadre du Codex Alimentarius des Nations Unies.

  • Cette coopération implique des liens avec les comités d’experts de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ainsi que des contacts avec les pays tiers extérieurs à l'UE.
  • Lorsque la Commission européenne demande le soutien de l’EFSA, des experts de l’Autorité participent aux réunions organisées par la la Commission du Codex Alimentarius. Cette commission est un organe créé au sein du programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires destiné à développer des normes alimentaires, des lignes directrices, des codes de bonne pratique et des textes connexes. L'EFSA a contribué à diverses réunions spécifiques, par exemple sur les principes de l'analyse des risques ou sur la biotechnologie.
  • L'EFSA coopère en outre avec des organisations internationales chargées de fournir des avis scientifiques ou d’établir des normes internationales. Ces organisations incluent la FAO, l’OMS, la Convention internationale pour la protection des végétaux, l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes, l’Organisation de coopération et de développement économiques et l’Organisation mondiale de la santé animale.

Pays tiers

L’EFSA continue à bâtir des relations de coopération avec ses homologues du monde entier.

  • Dans certains cas, la coopération est formalisée par des accords signés avec les organismes de réglementation responsables de l’évaluation des risques, comme c’est le cas pour l’Australie, le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande ou les États-Unis.
  • La coopération avec des homologues dans de nombreux autres pays (dont le Brésil, le Chili, la Chine, Hong Kong, la Corée, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et Taiwan) se développe en échangeant les expériences, les programmes de travail et les avis sur l'évaluation des risques en matière de sécurité des aliments.

Élargissement de l'UE

Avant de rejoindre l'UE, les pays candidats doivent satisfaire à certaines exigences. Les questions de sécurité des aliments jouent un rôle important dans les négociations d'adhésion à l'UE.

  • L'EFSA travaille avec des pays candidats dans le cadre de l’élargissement de l'UE depuis 2005. Actuellement les pays candidats sont les suivants : L’Albanie, la république de Macédoine du Nord, le Monténégro, la Serbie et la Turquie. La Bosnie-Herzégovine et le Kosovo* ont le statut de candidats potentiels.
  • De nombreux contacts existent déjà entre l'EFSA et les autorités de sécurité des aliments dans ces pays au titre des programmes de pré-adhésion de l’EFSA financés par l’instrument d'aide de préadhésion (IAP). L'objectif est de préparer les autorités nationales de ces pays à une coopération future possible avec l'EFSA s’ils deviennent membres à part entière de l'UE.

* Cette désignation est sans préjudice des positions sur le statut et est conforme à la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi qu'à l'avis de la CIJ sur la Déclaration d'Indépendance du Kosovo.

Voisinage de l'UE

La sécurité des aliments est un élément important de la politique européenne de voisinage (PEV). L'UE travaille avec ses voisins du sud et de l'est à travers la PEV pour atteindre l'association la plus étroite possible des politiques en la matière et le plus haut degré possible d'intégration économique.

  • La sensibilisation des pays voisins à la réglementation de l’UE et aux procédures mises en place pour protéger les consommateurs – y compris la réponse en cas de crise alimentaire – et la libre circulation des denrées alimentaires/aliments pour animaux est essentielle pour protéger les consommateurs tout en favorisant le commerce régional. Ces pays doivent disposer d'informations sur l'EFSA, sur l'évaluation des risques et la communication sur les risques ainsi que sur le système de sécurité des aliments européen de manière à aligner, autant que possible, leurs systèmes respectifs sur le système de l’UE.
  • L’EFSA coopère avec les pays voisins de l'UE au titre de l'Instrument européen de voisinage (IEV). Grâce à ce programme, l’EFSA poursuit activement une plus grande intégration des pays suivants dans ses travaux : Algérie, Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Egypte, Géorgie, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Moldavie, Maroc, Palestine **, Tunisie et Ukraine.

** Cette désignation ne doit pas être interprétée comme la reconnaissance d'un État de Palestine et est sans préjudice des positions individuelles des États membres sur cette question.