Colloque scientifique de l’EFSA N°18: Vers une approche holististique de l’évaluation des risques associés aux multiples facteurs de stress chez les abeilles

Parma
15 mai 2013

Les experts débattent de la santé des abeilles au colloque de l’EFSA

Plus de 100 experts en santé des abeilles se sont réunis à Parme, en Italie, cette semaine pour débattre des derniers développements scientifiques dans le domaine de l'évaluation des risques associés aux multiples facteurs de stress chez les abeilles. Le 18e colloque scientifique de l'EFSA a été organisé en réponse à un consensus grandissant parmi les scientifiques sur les origines multifactorielles des pertes de colonies d'abeilles ainsi que les preuves croissantes que les facteurs de stress chez les abeilles – tels que les parasites, les maladies, la malnutrition et les effets de certains produits tels que les pesticides – peuvent agir de façon indépendante mais aussi en combinaison.

Agnès Rortais, scientifique de l’EFSA en charge du groupe de travail interne de l'Autorité sur les abeilles a déclaré: « Les abeilles jouent un rôle essentiel dans nos écosystèmes et dans la chaîne alimentaire, et il est essentiel que nous les protégions. Ce colloque a constitué une occasion unique de réunir des experts et des spécialistes du monde entier et de mettre en commun leurs connaissances et leur expérience pour s’attaquer à cette tâche importante. Les idées et les approches qui ont été partagées au cours de ces deux journées seront d’un immense intérêt pour les travaux de la task force de l’EFSA. »

Le professeur Tony Hardy, président du comité scientifique de l'EFSA, a ouvert la réunion en souhaitant la bienvenue aux délégués venus de toute l'Europe et d’aussi loin que les États-Unis et le Canada – y compris des représentants d'organismes environnementaux nationaux, de groupes d’industriels et de producteurs tels que les associations d'apiculteurs, d’organisations civiles et de la Commission européenne. Le professeur Hardy a souligné que l'objet du colloque était d'avoir une discussion franche et ouverte plutôt que d’essayer d’aboutir à un consensus sur ce qui constitue un sujet difficile et parfois controversé.

Les experts invités ont ensuite présenté les quatre thèmes de la réunion – intitulée « Vers une approche holistique de l'évaluation des risques associés aux multiples facteurs de stress chez les abeilles » – qui ont ensuite été développés au sein de petits groupes de discussion.
Koos Biesmeijer, du Centre sur la biodiversité Naturalis aux Pays-Bas, a introduit le débat sur « la protection des abeilles et des services de pollinisation: outils et défis » en décrivant les résultats d'une étude comparant le déclin des espèces d'abeilles en Europe sur quatre périodes de 20 ans.

Pascal Hendrikx, de l’Anses – l’agence française de sécurité des aliments – a ensuite décrit les progrès accomplis dans la mise en place d’un programme standardisé de surveillance des abeilles à l'échelle européenne grâce au laboratoire de référence de l'UE pour la santé des abeilles. Il a annoncé à l'auditoire qu’un protocole normalisé avait déjà été établi dans 17 États membres ; ayant en commun les mêmes méthodes d'échantillonnage, questionnaires de visite et formation des inspecteurs apicoles.

Fabio Sgolastra, de l'Université de Bologne, en Italie, a introduit la discussion à venir sur le thème «Tester et évaluer les facteurs de stress chez les abeilles: du laboratoire aux conditions de terrain » en identifiant certaines questions délicates telles que la façon d'aborder les effets chroniques des doses sublétales de pesticides dans des conditions de terrain.

Jeff Pettis, du ministère américain de l'Agriculture, a résumé la complexité du quatrième thème « Évaluation des risques associés aux multiples facteurs de stress chez les abeilles: d’une approche mécaniste à une approche holistique » en déclarant à ce sujet « ce n’est pas un casse-tête chinois ; c’est encore plus complexe que cela ». Il a soulevé un certain nombre de questions qui ont été débattues dans le groupe de discussion, notamment: l'utilisation de modèles comme outils d'évaluation des risques ou la validité de l'extrapolation de résultats individuels au « superorganisme ».

Les quatre thèmes ont été discutés en détail lors des sessions de l'après-midi, et les messages principaux ont ensuite été présentés lors d'une session plénière le lendemain matin.

Les colloques scientifiques de l'EFSA rassemblent des experts internationaux issus de différents secteurs pour un débat scientifique ouvert sur des questions clés ; ils sont organisés de manière telle à fournir un espace important à l'échange de vues. Cette réunion apportera un matériel précieux pour le groupe de travail interne de l'EFSA sur les abeilles, qui identifie actuellement les questions transversales, les lacunes dans les données et les connaissances, les besoins en recherche ainsi que les recommandations fondées sur les développements les plus récents dans le domaine de l'évaluation des risques et de la surveillance des abeilles. Le groupe de travail rendra son rapport en septembre 2013.

Presentations