Les amandes d'abricot présentent un risque d'intoxication au cyanure

Manger plus de trois petites amandes crues d'abricot, ou moins de la moitié d'une grande amande par portion peut vous faire dépasser le seuil de sécurité. Les jeunes enfants qui consommeraient ne serait-ce qu’une petite amande d'abricot risquent de dépasser le niveau de sécurité.​

Un composé d’origine naturelle appelé amygdaline est présent dans les amandes d'abricot et il se convertit en cyanure après l'ingestion. L'intoxication au cyanure peut provoquer des symptômes tels que nausées,  fièvre, maux de tête, insomnie, soif, léthargie,  nervosité, douleurs articulaires et musculaires ou encore chute de tension artérielle. Dans les cas extrêmes, le pronostic vital peut être engagé.

Des études indiquent qu'une quantité de cyanure entre 0,5 et 3,5 milligrammes (mg) par kilogramme de poids corporel peut se révéler mortelle. Le groupe scientifique de l'EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire a établi un niveau de sécurité pour une exposition unique ponctuelle (connue sous le nom de dose de référence aiguë, ou «DARf») de 20 microgrammes (µg) par kilogramme de poids corporel. Cette dose est 25 fois plus basse que la dose mortelle la plus faible signalée.

Sur la base de ces seuils et des quantités d’amygdaline habituellement présente dans les amandes crues d’abricot, les experts de l'EFSA estiment que les adultes pourraient consommer une grande amande ou trois petites amandes d’abricot (370 mg), sans dépasser la DARf. Pour les jeunes enfants, la quantité indiquée serait de 60 mg, ce qui correspond à environ la moitié d'une petite  amande.

Le fruit de l'abricot n’est pas en cause

La consommation normale d'abricots ne pose pas de risque pour la santé des consommateurs. L'amande est la graine qui se trouve à l'intérieur du noyau d'abricot. On l'obtient après avoir cassé la coque dure du noyau d'abricot et, par conséquent, elle n’entre pas en contact avec le fruit lui-même.

Il semble que la plupart des  amandes crues d'abricot vendues dans l'UE sont importées depuis l'extérieur de l'Union et vendues aux consommateurs via internet. Les vendeurs en font la promotion en tant qu’aliment permettant de lutter contre le cancer, et certains encouragent activement un apport allant de 10 à 60 amandes par jour, respectivement pour la population générale et les patients atteints de cancer.

L’évaluation des bénéfices allégués des  amandes crues d'abricot dans le cadre d'un traitement contre le cancer ou de toute autre utilisation ne relève pas du mandat de sécurité sanitaire des aliments assuré par l'EFSA ; ce volet n’est donc pas couvert dans l’avis scientifique.

L'EFSA a consulté ses partenaires dans les États membres de l'UE pour discuter de cet avis scientifique et des évaluations précédentes réalisées par les autorités nationales (voir le rapport ci-dessous). Cette évaluation des risques informera les gestionnaires des risques de la Commission européenne et des États membres qui réglementent la sécurité des aliments dans l'UE. Ils décideront si des mesures sont nécessaires pour protéger la santé publique de la consommation d’amandes crues d'abricot.

Media contacts

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu