Bien-être des animaux à l’abattage

Introduction

Protéger le bien-être des animaux lors de l'abattage implique de réduire au maximum la douleur, la détresse ou la souffrance des animaux d'élevage au moment de leur mise à mort.

Le personnel à l'abattoir doit mettre en place toute une série de procédures spécifiques. Il doit par exemple effectuer des contrôles réguliers pour s’assurer que les animaux ne présentent aucun signe de conscience ou de sensibilité entre la fin de l'étourdissement et la mise à mort. Si des animaux ont été mis à mort sans étourdissement préalable, des contrôles systématiques doivent être réalisés pour s’assurer que les animaux ne présentent aucun signe de conscience ou de sensibilité avant de mettre fin à leur immobilisation et ne présentent aucun signe de vie avant l’habillage ou l’échaudage.

Les travaux des experts scientifiques de l’EFSA contribuent à renforcer le bien-être des animaux dans les abattoirs de plusieurs façons. Les experts fournissent notamment des avis scientifiques portant sur les indicateurs de conscience ou de sensibilité chez les animaux ou encore des études relatives aux méthodes d'étourdissement.

L'EFSA apporte son assistance aux points de contact nationaux dans les États membres de l’Union européenne en organisant des réunions où ils peuvent échanger leurs expériences et partager leurs connaissances sur le bien-être des animaux au moment de la mise à mort.

Jalons clés

Juin 2020 L'EFSA publie un avis scientifique sur le bien-être des porcs à l'abattage. L'avis identifie un certain nombre de problèmes qui affectent le bien-être des animaux – tels que le stress dû à la chaleur, la soif, la faim prolongée ou encore la détresse respiratoire – et propose des mesures préventives et correctives, dans la mesure du possible. Les experts concluent que la plupart des problèmes associés au bien-être des porcs à l'abattage sont liés à des compétences inadéquates du personnel ainsi qu’à des installations mal conçues ou mal construites.

Janvier 2020 L'EFSA publie trois avis scientifiques sur le bien-être des lapins. Le premier compare le bien-être des lapins élevés dans différents systèmes de production dans l'UE et conclut que le bien-être des lapins adultes détenus dans des systèmes de cages conventionnels est bien plus médiocre que celui des lapins élevés dans d'autres systèmes. Les deux autres avis se penchent sur des problèmes de bien-être associés aux méthodes d'étourdissement utilisées dans le processus d'abattage et à l’abattage pour des raisons autres que la production de viande (par exemple, le contrôle des maladies).

2019 L'EFSA publie deux avis scientifiques sur le bien-être des volailles à l'abattage. Cet avis couvre l'intégralité du processus d'abattage, depuis l'arrivée et le déchargement des volatiles jusqu'à l’étourdissement, la mise à mort et la saignée. Il identifie un certain nombre de problèmes qui affectent le bien-être des animaux – tels que la douleur, la soif, la faim ou la limitation des mouvements – et propose des mesures préventives et correctives, dans la mesure du possible.

2018 L'EFSA publie des conseils sur les critères d'évaluation des demandes de méthodes d'étourdissement nouvelles ou modifiées.

2017 Des experts de l'EFSA se penchent sur les problèmes liés à l’abattage d'animaux d'élevage gravides dans l'Union européenne. Leur avis scientifique – qui couvre les vaches laitières, les bovins de boucherie, les porcs, les chevaux, les moutons et les chèvres – fournit de nouvelles informations concernant le nombre de femelles gestantes abattues dans l'UE, les raisons pour lesquelles elles sont abattues et la question de savoir si les fœtus peuvent éprouver de la douleur, de la détresse ou de l'inconfort.

2013 L’ EFSA publie quatre avis scientifiques sur le bien-être des bovins, des porcs, des ovins, des caprins et des volailles au cours du processus d'abattage. Ces avis portent sur l’identification des indicateurs de conscience ou de sensibilité chez les animaux lors de l'abattage. Parmi les exemples d'indicateurs de conscience figurent la respiration ou le clignement des yeux, mais les indicateurs varient en fonction des espèces animales et des phases du processus d'abattage.

Les experts fournissent également des indications sur la façon de calculer le nombre d'animaux à contrôler pendant la surveillance.

Cadre réglementaire de l’Union européenne

La législation européenne relative à l'abattage des animaux vise à minimiser la douleur et la souffrance des animaux grâce à l'utilisation de méthodes d'étourdissement correctement appliquées, sur la base des connaissances scientifiques disponibles et de l'expérience pratique acquise. Elle s’applique aux animaux d'élevage.