Contaminants liés aux processus de transformation

Introduction

Les contaminants de transformation sont des substances qui se forment dans les aliments ou dans les ingrédients alimentaires lorsqu'ils subissent des modifications chimiques au cours de leur traitement. Les procédés de traitement/de transformation comprennent la fermentation, la fumaison, la dessiccation, le raffinage et la cuisson à haute température. De nombreux aliments doivent en effet être cuits pour être comestibles et digestibles. Cela les rend également plus savoureux. Cependant, les cuissons, les fritures, les cuissons au gril ou au barbecue, qu’elles se fassent à la maison ou de manière industrielle, peuvent avoir des conséquences indésirables. Outre la perte de divers nutriments tels que les vitamines, certains sous-produits potentiellement dangereux peuvent également se développer.

Janvier 2018 – Les experts de l'EFSA utilisent une approche scientifique actualisée pour réévaluer les effets néfastes possibles à long terme du contaminant 3-MCPD sur les reins et sur la fertilité masculine. Les niveaux de consommation de 3-MCPD dans les aliments sont considérés comme sûrs pour la plupart des consommateurs ; cependant il existe un risque sanitaire potentiel parmi les groupes d'âge les plus jeunes présentant une consommation élevée. Dans le scénario le plus négatif, les nourrissons alimentés uniquement à base de lait maternisé pourraient légèrement dépasser le niveau sans danger.

Octobre 2017 – Publication de l'évaluation des risques liés au furane dans les aliments, confirmant les évaluations précédentes selon lesquelles ce contaminant pourrait entraîner des lésions hépatiques à long terme.

Juillet 2017 – Un projet de règlement visant à limiter l'acrylamide dans les aliments est finalisé par la Commission européenne ; le règlement devrait entrer en vigueur au printemps 2018.

Juin 2017 – La Commission propose de modifier le règlement (CE) n°1881/2006 concernant les teneurs maximales en esters glycidyliques d’acides gras (EG) dans les huiles et les graisses végétales, les préparations pour nourrissons, les préparations de suite et les aliments spéciaux à usage médical destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge.

2016 – L’EFSA publie une évaluation des risques liés à 5 substances dans l'huile de palme et autres huiles végétales : esters glycidyliques d'acide gras (EG), 3-monochloropropanediol (3-MCPD), 2-monochloropropanediol (2-MCPD) et leurs esters d'acides gras. L'avis met particulièrement en évidence des préoccupations pour la santé liées aux EG carcinogènes et génotoxiques car l'exposition moyenne des consommateurs est supérieure à l’exposition considérée comme peu préoccupante pour la santé humaine.

2015 – L’EFSA confirme les évaluations précédentes selon lesquelles l’acrylamide dans les aliments augmente potentiellement le risque de cancer pour les consommateurs de tous les groupes d’âge.

2013 Publication d’un rapport sur le 3-MCPD dans les aliments qui inclut une première évaluation de l’exposition

2011 – Publication d’un rapport mis à jour sur le furane dans les aliments qui inclut de nouvelles estimations de l'exposition des consommateurs

2011 – Publication d’une étude toxicologique sur 90 jours relative au 3-MCPD et ses esters financée par l’EFSA.

2010 – Publication du deuxième rapport sur les niveaux de furane dans les aliments.

2009 – Publication du premier rapport sur la surveillance des niveaux de furane dans les aliments.

2008 – L’EFSA fournit des conseils à la Commission européenne sur les esters de 3-MCPD dans les huiles et les graisses végétales raffinées, les pâtes à tartiner et les préparations pour nourrissons, pour appuyer la position de l'UE au Codex Alimentarius des Nations Unies.

2008 – Publication d'un avis scientifique sur les indicateurs appropriés pour la présence d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dans les aliments.

L'EFSA fournit des avis scientifiques indépendants aux gestionnaires des risques sur les contaminants liés aux processus de transformation dans les aliments. Ces avis permettent aux décideurs de l'UE de gérer les risques potentiels pour les consommateurs associés à ces substances dans l'alimentation.

L'EFSA compile également des données à l'échelle de l'UE sur les contaminants de transformation présents dans une large gamme d'aliments, à des fins d’évaluation en cours ou futures. Ces données contribuent à identifier des tendances concernant les niveaux de contaminants dans les aliments sur de longues périodes afin que les gestionnaires des risques puissent également évaluer l'impact des mesures de surveillance et de contrôle mises en place. Ce sont les États membres de l'UE qui soumettent les données, données qui sont ensuite compilées dans des rapports annuels ou mises à disposition dans la banque de données de l'EFSA.

En savoir plus sur les contaminants de transformation :

Les contaminants de transformation ne sont pas ajoutés délibérément aux aliments mais ils peuvent s’y retrouver en raison des différentes étapes de production alimentaire. Étant donné que la contamination a généralement un impact négatif sur la qualité des aliments et qu’elle est susceptible de constituer un risque pour la santé humaine, l’UE a pris des mesures pour minimiser la présence de contaminants dans les denrées alimentaires.

La législation de l'UE sur les contaminants dans les denrées alimentaires est définie dans le règlement 315/93/CEE. L'UE interdit la mise sur le marché d’aliments contenant un contaminant à un niveau inacceptable pour la santé publique. Les teneurs en contaminants doivent par ailleurs être maintenues au niveau le plus faible que le permet raisonnablement l’adoption de bonnes pratiques de travail.

Pour protéger la santé publique, des niveaux maximums ont été fixés pour les contaminants de transformation suivants :

  • 3-moochloropropane-1,2-diol (3-MCPD) dans certains aliments
  • Esters glycidyliques d'acides gras (EG)
  • Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

En savoir plus :