L'EFSA evalue les risques pour la sante publique associes aux alcaloïdes de l’opium dans les graines de pavot

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un avis scientifique concluant que la consommation d’aliments contenant des graines de pavot pourrait susciter des préoccupations en termes de santé pour certains consommateurs. Le groupe scientifique sur les contaminants de la chaîne alimentaire (CONTAM) a cependant souligné les incertitudes rencontrées pour évaluer l’apport d’alcaloïdes opioïdes à partir de graines de pavot dans les aliments, en raison des données limitées sur la consommation et les niveaux présents dans les denrées alimentaires. Naturellement, les graines de pavot ne contiennent pas d’alcaloïdes opioïdes mais elles peuvent toutefois être contaminées par la sève de la plante de pavot à la suite de dommages causés par des organismes nuisibles ou par les procédés de récolte. L’avis indique également que la transformation des aliments peut diminuer la teneur en alcaloïdes opioïdes présents dans les graines de pavot jusqu’à 90 %.

Le groupe scientifique CONTAM a noté qu’il existe peu de rapports relatifs à des effets indésirables liés à la consommation traditionnelle de graines de pavot; on ne peut toutefois pas exclure que de telles réactions surviennent de temps à autre. Des effets similaires à ceux de la morphine ont été observés chez l’homme suite à la consommation d’une seule portion d’un repas contenant des graines de pavot contaminées par des alcaloïdes opioïdes. Les experts du groupe scientifique ont donc jugé approprié de fonder leur évaluation des risques pour les graines de pavot sur l’exposition à la morphine, l’alcaloïde opioïde le plus fréquemment rencontré dans les graines de pavot. Le groupe scientifique a établi une valeur sanitaire indicative, appelée dose aiguë de référence (ARfD – Acute Reference Dose), de 10 μg de morphine par kg de poids corporel, sur la base de la dose thérapeutique orale de morphine la plus faible connue. Le groupe scientifique a considéré que cette valeur représentait le niveau de consommation au-delà duquel les aliments contenant des graines de pavot contaminées par des alcaloïdes opioïdes pourraient constituer une préoccupation en termes de santé.

Un tableau précis de la consommation d’aliments contenant des graines de pavot dans l’ensemble de l’UE n’est pas disponible actuellement car de nombreux pays ne fournissent pas de données spécifiques sur la consommation ou ne tiennent pas compte d’une consommation saisonnière élevée. Les estimations de l’exposition ont donc été déduites de recettes, d’analyses de graines de pavot et d’analyses de certains produits alimentaires. Le groupe scientifique a constaté que les consommateurs d’aliments contenant de grandes quantités de graines de pavot sont susceptibles de dépasser l’ARfD au moins à l’une ou l’autre occasion de consommation. De plus, si les graines de pavot sont utilisées comme condiment ou décoration du pain et de pièces de boulangerie fine, certains consommateurs, en particulier les jeunes enfants, pourraient également, en de rares occasions, dépasser l’ARfD. L’avis indique aussi que des techniques de transformation des denrées alimentaires, telles que le lavage, le trempage, la mouture et la cuisson, peuvent réduire la teneur en alcaloïdes des graines de pavot.

Le groupe scientifique CONTAM recommande que davantage de données soient collectées sur les niveaux d’alcaloïdes opioïdes présents dans les produits alimentaires, sur les variétés de graines de pavot disponibles sur le marché européen pour un usage alimentaire et leur teneur en alcaloïdes, ainsi que sur la consommation de denrées alimentaires contenant des graines de pavot. De plus, le groupe scientifique a déclaré que des travaux complémentaires dans ce domaine devraient porter non seulement sur la morphine mais aussi sur d’autres alcaloïdes dont la présence a été signalée.

Le principal alcaloïde opioïde présent dans les graines de pavot est la morphine, associé à des taux plus faibles de codéine, de thébaïne, de noscapine et de papavérine. Les effets indésirables les plus importants associés à l’usage médical de la morphine et de la codéine sont la somnolence et des difficultés respiratoires.

Le pavot est cultivé principalement pour des usages médicaux mais ses graines sont également utilisées dans l’alimentation dans de nombreux pays de l’Union européenne (UE). Dans certains pays d’Europe centrale et d’Europe de l’est, il est traditionnel d’utiliser largement les graines de pavot dans les aliments, notamment en grandes quantités dans le pain, des pièces de boulangerie fine et des desserts. Des graines de pavot non moulues sont parfois utilisées comme condiment ou décoration d’aliments.

Notes to editors

La dose aiguë de référence d’un composé chimique est l’estimation de la quantité d’une substance présente dans des denrées alimentaires et/ou l’eau potable, habituellement exprimée par rapport au poids corporel, qu’il est possible d’ingérer sur une période de 24 heures ou moins sans risque significatif pour la santé du consommateur, sur la base de tous les faits connus au moment de l’évaluation (JMPR, 2002).

Le pavot somnifère, Papaver somniferum, est une plante médicinale cultivée pour les alcaloïdes opioïdes extraits du latex laiteux séché des capsules contenant les graines. Ces alcaloïdes opioïdes comprennent les agents narcotiques morphine et codéine, qui sont utilisés par l’homme pour le traitement des douleurs sévères depuis des générations, à la fois dans des produits pharmaceutiques et dans des remèdes à base de plantes. Les alcaloïdes opioïdes sont présents dans le latex de la plante de pavot, qui s’infiltre dans toutes les parties de la plante, sauf dans les graines.

Contacter l’EFSA
Si vous êtes journaliste/représentant médias, veuillez contacter le service relations médias de l’EFSA. Dans le cas contraire, veuillez contacter le service Ask EFSA.

Contact presse

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

Autres types de requêtes

Service Ask EFSA