L’EFSA évalue les risques éventuels liés à la mélamine dans les aliments composites provenant de Chine

Suite aux récents événements qui se sont déroulés en Chine, la Commission européenne a demandé à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de fournir d'urgence un avis scientifique sur les risques, pour la santé des consommateurs européens, que peut induire l'éventuelle présence de mélamine[1] dans des aliments composites contenant du lait ou des produits laitiers en provenance de Chine.

Les scientifiques de l’EFSA ont émis aujourd’hui un avis stipulant que, si des adultes en Europe venaient à consommer du chocolat et des biscuits contenant de la poudre de lait contaminée, ils ne risquaient pas de dépasser la DJA (dose journalière admissible) de 0,5 mg par kilo de poids corporel, même dans les pires scénarios[2].

Les enfants présentant une consommation moyenne de biscuits, de caramels au lait et de chocolat contenant ce type de lait en poudre ne dépasseraient pas non plus la DJA. Cependant, dans le scénario le plus pessimiste, basé sur les taux les plus élevés de contamination, les enfants présentant une consommation journalière élevée de caramels au lait, de chocolat ou de biscuits contenant des taux élevés de lait en poudre dépasseraient la DJA. Les enfants qui consommeraient simultanément des biscuits et des chocolats de ce type pourraient potentiellement excéder jusqu’à trois fois la DJA.

Des taux élevés de mélamine peuvent affecter en premier lieu les reins. L’EFSA a déterminé la DJA de 0,5 mg par kilo de poids corporel pour la mélamine lors d’un cas particulier de contamination en 2007[3].

La Commission a demandé à l’EFSA d’axer essentiellement son évaluation sur les biscuits et le chocolat contenant de la poudre de lait étant donné que ces produits sont susceptibles d'être importés de Chine. L’EFSA a élaboré des scénarios d’exposition théoriques basés sur les chiffres de la consommation européenne[4] de biscuits et de chocolat. En l’absence de données suffisantes concernant le lait en poudre contaminé, l’EFSA a pris en compte la concentration la plus élevée en mélamine signalée dans le lait maternisé chinois comme base du plus mauvais scénario. L’EFSA a souligné qu’à ce jour, on ne connaît pas la probabilité d’être confronté à des scénarios avec de tels taux d’exposition en Europe.

Voir aussi:

[1] La mélamine est une substance chimique couramment utilisée dans la fabrication de résines, de plastiques et de colles. En Europe, l'utilisation de la mélamine est autorisée dans la fabrication de matériaux et d’objets en matière plastique, mais l’ajout de mélamine dans les denrées alimentaires et dans les aliments pour animaux est interdit.
[2] L’EFSA a fondé ses scénarios les plus pessimistes sur la teneur en mélamine la plus élevée (environ 2500 mg/kg) signalée dans le lait maternisé chinois et sur une consommation au 95e percentile.
[3] En raison de l’existence d'une incertitude quant à l’évolution des lésions rénales dans le temps, l’EFSA a utilisé la DJA de 0,5 mg/kg de poids corporel (DJA qui garantit l’innocuité par rapport à l’exposition au cours d’une vie) lors de l'évaluation des effets potentiels de l’exposition à la mélamine sur une période relativement courte, comme cela pourrait se produire dans le cas d’une consommation répétée de produits contaminés par la mélamine.
[4] Le groupe scientifique a évalué des données provenant de la base de données concise de la consommation alimentaire européenne, de l’Association des industries de la chocolaterie, biscuiterie et confiserie de l'UE (CAOBISCO), des données sur les taux de mélamine dans le lait maternisé signalés par l'Administration générale de la supervision de la qualité et des services de quarantaine et d'inspection de la République populaire de Chine (AQSIQ).

Media contacts

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu