Santé des végétaux et organismes de quarantaine prioritaires dans l’UE : 5 choses à savoir

  1. Les organismes de quarantaine prioritaires, qu’est-ce que c’est ?

Les 20 organismes nuisibles aux plantes inclus dans la liste dressée par la Commission européenne en octobre 2019 sont des organismes de quarantaine identifiés comme constituant une priorité absolue pour les États membres de l’UE en fonction de la gravité des problèmes économiques, sociaux ou environnementaux qu'ils sont susceptibles d’engendrer. Parmi ceux-ci figurent Xylella fastidiosa, le scarabée japonais, le longicorne asiatique, la bactérie du verdissement des agrumes ou encore la maladie des taches noires des agrumes.

  1. Pourquoi la Commission européenne a-t-elle dressé une telle liste ?

La mondialisation et le changement climatique redessinent le paysage de la distribution des organismes nuisibles aux plantes. Cette tendance constitue une menace pour les environnements naturels ou aménagés, pour la production agricole et forestière et pour les écosystèmes et la biodiversité sur le territoire de l'Union européenne (UE). Au cours des dix dernières années, l’UE a été confrontée à l’émergence de plusieurs foyers épidémiques à grande échelle de nouveaux organismes nuisibles aux plantes qui ont eu des impacts importants ; c’est le cas par exemple de Xylella fastidiosa ou Hymenoscyphus fraxineus (le champignon qui cause la maladie du flétrissement du frêne). Dans ce contexte, la législation phytosanitaire de l’UE a été révisée avec l’adoption du règlement (UE) 2016/2031, communément appelé « législation sur la santé des plantes », qui prendra effet en décembre 2019. Parmi les mesures incluses dans cette législation figure l'établissement d'une liste des organismes nuisibles les plus dangereux recensés parmi la liste générale des organismes de quarantaine dans l'UE.

  1. Comment la Commission a-t-elle décidé des organismes nuisibles à inclure dans la liste ?

La liste est basée sur les études d’impact réalisées par l'EFSA et le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne sur plusieurs organismes nuisibles identifiés par la Commission. Ces études prennent en considération un certain nombre d'indicateurs différents : l’impact sur le rendement des cultures, les dommages engendrés sur le plan commercial, le coût des mesures de lutte, certaines conséquences sociales telles que le chômage, une réduction dans la sécurité sanitaire des aliments ou dans la sécurité de l'approvisionnement alimentaire, l’impact sur le paysage et le patrimoine culturel et les dommages causés à l'environnement tels qu’une réduction de la biodiversité ou des services écosystémiques. Les organismes nuisibles ont ensuite été classés en fonction de leur « score » selon ces différents critères.

  1. Quelles sont les informations ayant été utilisées pour les évaluations ?

Ces informations ont été dérivées des travaux d’évaluation phytosanitaire et de catégorisation des organismes nuisibles les plus complets et les plus récents effectués par l'EFSA, l'Organisation européenne pour la protection des végétaux (OEPP) et d'autres institutions européennes et non européennes. Des informations et des données additionnelles ont été obtenues par le biais de travaux de recherche documentaire et furent complétées par les contributions apportées par les experts. Des exercices d’élicitation des connaissances ont été menés auprès de groupes d’évaluateurs du risque et d’experts en organismes nuisibles pour estimer la probabilité d’impact, la propagation et le délai de détection des organismes. Vous pourrez en savoir plus sur la méthodologie utilisée par l’EFSA ici.

Pour chaque organisme nuisible, l'EFSA a fourni un rapport contenant des données relatives aux éléments suivants :

La zone de distribution potentielle dans l'Union européenne.
Une liste des plantes hôtes potentielles.
es changements prévus dans l'utilisation des produits phytopharmaceutiques suite à l’introduction de l'organisme nuisible.
 L’estiation des pertes en rendement et en qualité.
Le taux de propagation probable.
Le temps estimé entre l'établissement et la première détection de l'organisme nuisible.

  1. Comment cette liste protège-t-elle l'Europe de nouveaux organismes nuisibles ?

Pour chacun des organismes nuisibles recensés dans la liste, les États membres de l'UE seront tenus de réaliser des enquêtes annuelles, de préparer des plans d’intervention et des exercices de simulation, de sensibiliser le public et d’adopter des plans d’éradication pour chacun des organismes nuisibles recensés dans la liste qui serait présent sur le territoire de l’Union. Toutes ces mesures impliquent que le territoire de l'UE dispose d'une stratégie de préparation coordonnée et harmonisée pour protéger l'agriculture, l'environnement et l'économie contre les organismes nuisibles dangereux.

 

Contacter l’EFSA
Si vous êtes journaliste/représentant médias, veuillez contacter le service relations médias de l’EFSA. Dans le cas contraire, veuillez contacter le service Ask EFSA.

Contact presse

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

Autres types de requêtes

Service Ask EFSA