FAQ : évaluation des risques cumulés des pesticides

  1. Pourquoi l'EFSA travaille-t-elle sur l'évaluation des risques cumulés ?

Les risques pour les consommateurs liés à la présence de résidus de pesticides dans les aliments sont actuellement évalués substance par substance. Cependant, un certain nombre de pesticides présentent des effets similaires et leur impact sur la santé humaine pourrait être plus important lorsqu’ils sont combinés.

La réglementation de l'UE sur les pesticides dans l'alimentation humaine et animale stipule que les effets cumulatifs et synergiques des pesticides devraient être pris en compte dans l'évaluation des risques alimentaires lorsque des méthodologies appropriées sont disponibles pour les évaluer. Ces règles établissent également que les résidus de pesticides ne devraient avoir aucun effet nocif sur la santé humaine, compte tenu des effets cumulatifs et synergiques connus.

L'EFSA a à présent mis au point des méthodologies pour évaluer les risques cumulés des résidus de pesticides dans les aliments. Une procédure a été développée pour établir des groupes d'évaluation cumulative (GEC) qui rassemblent des pesticides sur la base d’effets toxicologiques communs.

Dans le cadre de ce programme, l’EFSA a réalisé deux évaluations pilotes des risques liés à des résidus de pesticides : l’une concernant les effets chroniques sur le système thyroïdien et l’autre relative aux effets aigus sur le système nerveux.

  1. Quels sont les résultats de ces deux évaluations ?

La conclusion générale des deux évaluations – en tenant compte des incertitudes (voir question 8) – est la suivante : le risque que représente pour le consommateur l'exposition cumulée à ces résidus par l’intermédiaire de l'alimentation est inférieur au seuil qui requiert une action réglementaire (voir question 5), telle que définie par les gestionnaires du risque de la Commission européenne et des États membres de l’UE.

  1. Sur quelles données se basent ces conclusions ?

L'EFSA a fondé ses conclusions sur l’ensemble des données collectées par les États membres de l'UE dans le cadre de la surveillance officielle des résidus de pesticides dans les aliments en 2014, 2015 et 2016, et en les combinant aux données sur la consommation alimentaire de dix groupes d’individus diversifiés. Ces groupes ont été sélectionnés afin d'obtenir une répartition représentative de zones géographiques et de tranches d'âge différentes. Les groupes constitués sont les suivants :

  • Enfants en bas âge (Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni).
  • Enfants plus âgés (Bulgarie, France, Pays-Bas).
  • Adultes (Belgique, République tchèque, Allemagne, Italie).
  1. Quelle est la méthodologie employée ?

Les évaluations pilotes sont basées sur des groupes d'évaluation cumulative (GEC) établis par l'EFSA. Deux groupes ont été utilisés pour l’évaluation des effets sur la thyroïde comprenant respectivement 124 et 18 substances actives ; deux autres groupes ont été utilisés pour étudier les effets sur le système nerveux, comprenant respectivement 100 et 47 substances.

Pour chaque GEC, deux évaluations de l'exposition ont été effectuées simultanément, l'une menée par l'EFSA et l'autre par l'Institut national néerlandais pour la santé publique et l'environnement (RIVM).

L'EFSA a utilisé le concept de « marge d'exposition (totale) combinée » (MOET). Ce concept est couramment utilisé dans l’évaluation des risques chimiques, et une MOET supérieure à 100 est généralement considérée comme une valeur qui protège adéquatement les humains. Une MOET de 100 au 99,9ème percentile d'exposition a été établie comme seuil (ou déclencheur) qui enclenche la prise en compte d'un point de vue réglementaire (voir question 5).

  1. Le seuil réglementaire, c’est quoi ?

Le seuil de prise en compte réglementaire, ou seuil réglementaire, est un niveau de protection défini par les gestionnaires du risque – à la Commission européenne et dans les États membres – en consultation avec l'EFSA. Ce seuil prend en compte le MOET et la proportion (percentile) de la population couverte. Dans ce cas, la MOET est de 100 et la couverture de la population est de 99,9%. Ainsi, si la MOET pour 999 personnes sur 1 000 dépasse 100, les gestionnaires du risque estimeront probablement que des mesures réglementaires, par exemple la révision des niveaux de résidus de pesticides autorisés dans les aliments (niveaux maximum de résidus) ne sont pas nécessaires.

  1. La marge d'exposition était donc supérieure à 100 dans tous les cas ?

Non, en ce qui concerne l'évaluation de l'exposition pour le système nerveux, la MOET était inférieure à 100 au 99,9ème percentile pour les enfants en bas âge et les enfants plus âgés. Mais, de façon importante, dans ces deux évaluations, l’EFSA a utilisé des hypothèses prudentes pour compenser les données manquantes ou limitées. Lorsqu’une analyse des incertitudes a été appliquée (voir question 8), il a été jugé probable ou très probable que la MOET serait supérieure à 100 pour tous les groupes. D'où la conclusion générale selon laquelle l'exposition combinée se situe en dessous du seuil de prise en compte réglementaire.

  1. Comment expliquez-vous les résultats d’exposition au 99,9ème percentile pour le système nerveux ?
  • Calculer l'exposition au 99,9ème percentile – c’est-à-dire à des niveaux extrêmes d’exposition des consommateurs – pose un défi aux évaluateurs du risque pour plusieurs raisons, principalement liées à la qualité des données disponibles. Pour évaluer les effets sur le système nerveux, les estimations de la MOET au 99,9ème percentile d'exposition ont été calculées en se basant sur les hypothèses les plus défavorables, ce qui a engendré une surestimation probable de l'exposition.
  • Les estimations de l'exposition au 99,9ème percentile ont été principalement influencées par la présence d'un pesticide particulier dans un produit alimentaire spécifique, plutôt que par l’exposition combinée à plusieurs substances.
  • Ces résultats s’expliquent également par des échantillons qui dépassaient les limites légales et pour lesquels des mesures correctives avaient déjà été adoptées par les États Membres.
  • Les évaluateurs du risque affinent en général leur évaluation de l'exposition aux résidus de pesticides grâce à des informations sur l'impact de certains traitements tels que le réchauffement ou le lavage des produits alimentaires. Ces informations n'étaient pour la plupart pas disponibles dans les données dont disposait l'EFSA, ce qui implique que les calculs basés sur les produits bruts surestiment l'exposition réelle.
  1. Qu'est-ce que l’analyse des incertitudes ?

L’analyse des incertitudes est un processus qui comporte deux volets : dans un premier temps, les experts identifient les limitations dans les connaissances scientifiques disponibles et, ensuite, ils évaluent l’impact de ces limites pour leurs conclusions scientifiques. Lorsque les experts de l'EFSA effectuent une analyse des incertitudes, ils appliquent le document d’orientation scientifique produit par le comité scientifique de l'EFSA en 2018 à ce sujet.

  1. Pourquoi l'EFSA a-t-elle réalisé une analyse des incertitudes ?

Comme expliqué ci-dessus dans la question 6, l'EFSA s’est basée sur des hypothèses prudentes dans ses évaluations pour compenser les données manquantes ou limitées. Cette approche engendre naturellement certaines incertitudes dans les résultats. Afin de fournir aux responsables de la gestion du risque l’image la plus complète possible de la question, une analyse a été menée pour quantifier toutes les incertitudes et, sur cette base, pour ajuster les estimations de la MOET le cas échéant.

Lors de l’évaluation des effets sur la thyroïde par exemple, 34 sources d’incertitude ont été identifiées, principalement liées à la qualité et à la précision des données de consommation et d’occurrence, mais aussi à l’exhaustivité des GEC.

  1. Comment l'EFSA exprime-t-elle ces incertitudes ?

Le document d'orientation de l'EFSA en matière d'analyse des incertitudes prescrit que le niveau de confiance qui entoure les conclusions scientifiques doit être exprimé comme suit :

 

Terme de probabilité

Plage de probabilité

Presque certain

99-100%

Extrêmement probable

95-99%

Très probable

90-95%

Probable

66-90%

Aussi probable qu'improbable

33-66%

Improbable

10-33%

Très improbable

5-10%

Extrêmement improbable

1-5%

Presque impossible

0-1%

Guidance on Uncertainty Analysis in Scientific Assessments (EFSA, 2018)

 

Ainsi, pour ce qui concerne l’évaluation des risques cumulés, les résultats pour certains groupes de population ont été exprimés avec une certitude de 99-100% (« presque certain »), tandis que d'autres se situaient dans l'intervalle 90-95% (« très probable ») ou inférieurs (« probable »). Cette variabilité est largement due à des différences de régime alimentaire entre les groupes.

  1. Quel rôle a joué le RIVM dans ce projet ?

L’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM) a joué un rôle crucial dans ce projet. Dans le cadre d'un accord de partenariat avec l'EFSA, il a développé l'outil d'évaluation des risques dit ‘de Monte Carlo’ (MRCA), qui a été utilisé pour évaluer l'exposition du système nerveux et de la thyroïde. Le RIVM continuera à développer l'outil MRCA afin de contribuer aux travaux de l'EFSA sur les risques cumulés.

  1. Quelle suite sera donnée à ces rapports ?

Les deux évaluations pilotes seront soumises à un processus de consultation publique avant leur finalisation en 2020. Les évaluations seront également présentées à l’occasion d'une réunion spéciale des parties prenantes qui se tiendra à Bruxelles en octobre 2019. L'avis finalisé de l’EFSA guidera les gestionnaires du risque de la Commission européenne et des États membres qui réglementent l'utilisation des pesticides dans l’UE.

Contacter l’EFSA
Si vous êtes journaliste/représentant médias, veuillez contacter le service relations médias de l’EFSA. Dans le cas contraire, veuillez contacter le service Ask EFSA.

Contact presse

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

Autres types de requêtes

Service Ask EFSA