Méthodologie en matière de communication : une avancée pour les sciences sociales à l'EFSA

La nouvelle approche de l'EFSA en matière de communication sur les incertitudes scientifiques a été rendue possible grâce à la fusion des compétences des spécialistes en sciences sociales, des spécialistes en sciences naturelles et des communicateurs scientifiques. Les connaissances des experts en matière de recherche sociale sur la compréhension des incertitudes par le public et leur capacité à appliquer ces connaissances dans un contexte de sécurité des aliments ont été essentielles pour développer cette nouvelle méthodologie de communication.

Le document d'orientation de l'EFSA intitulé « Communication of uncertainties in scientific assessments » fournit une approche structurée permettant d'adapter les informations sur les incertitudes dans l’évaluation de la sécurité des aliments à divers publics à travers l’Europe. Principalement destiné aux communicateurs scientifiques de l'EFSA, ce document constitue un complément qui accompagne le document d’orientation technique du comité scientifique sur l'analyse des incertitudes dans les évaluations scientifiques , publié en 2018.

La publication de ce document intervient à un moment où l'EFSA intègre les sciences sociales dans ses travaux, à la fois dans le but de renforcer la communication sur des thèmes scientifiques complexes et pour remettre les évaluations dans leur contexte, en particulier dans certains domaines d'intérêt public. Nous avons interrogé quatre des auteurs du document sur ce tournant et sur l'importance pour l'EFSA de la coopération entre sciences sociales et sciences naturelles.

Document d'orientation : conseils pratiques et futures recherches

Laura Maxim est chercheuse en sciences sociales sur la question de l’incertitude en lien avec les politiques sur les substances chimiques. Elle a déclaré : « À ma connaissance, il s’agit du premier guide pratique jamais produit sur la communication des incertitudes. Il va au-delà des généralités précédemment proposées par d'autres autorités publiques ou académiques et fournit des solutions spécifiques à des situations réelles auxquelles sont confrontés les communicateurs de l'EFSA ».

Michael Siegrist, professeur de psychologie spécialisé dans les comportements des consommateurs, fait écho à ce point avec une note de prudence : « Notre tentative de formuler une communication sur l’incertitude fondée sur des preuves est une réalisation importante. Mais pour beaucoup de questions pratiques auxquelles nous sommes confrontés, les preuves disponibles sont insuffisantes. J’envisage d’aborder certaines de ces questions dans mes futurs travaux de recherche. »

Laura Maxim peut également tirer parti de l'expérience acquise dans ses travaux académiques. « L'expérience et les besoins pratiques de l'EFSA peuvent produire une liste impressionnante de besoins en matière de travaux de recherche supplémentaires, comme nous l'avons vu dans le document d'orientation. C'est stimulant pour les chercheurs en général et pour moi en particulier », ajoute-t-elle.

Établir un lien avec les évaluateurs en sciences naturelles

Andy Hart est biologiste spécialisé dans les méthodologies et les outils d'analyse de l'incertitude. Il possède plusieurs années d'expérience en tant qu'évaluateur à l'EFSA. Il témoigne : « Ces travaux confirment que des études en sciences sociales bien conçues peuvent nous fournir des informations précieuses sur la façon dont les gens comprennent des concepts scientifiques potentiellement complexes, tels que les expressions utilisées pour décrire les incertitudes ».

L'EFSA offre une formation à ses évaluateurs – experts externes et membres du personnel – afin de leur apprendre à utiliser le document d’orientation du comité scientifique. « J'inclurai les conclusions de ce document dans les futurs cours où la communication sur l'incertitude sera abordée et je recommanderai sa lecture en intégralité », ajoute Andy Hart.

« L'interaction avec des spécialistes en sciences naturelles, comme dans tous les groupes interdisciplinaires, fait tomber les barrières », ajoute Laura Maxim. « Le temps est limité et par conséquent tout le monde doit faire preuve d'ouverture et partager ses connaissances de manière compréhensible. Cela nous oblige à écrire de manière mutuellement intelligible, ce qui permet également aux lecteurs de bénéficier d'une communication plus claire. »

Intégrer l’aspect social aux sciences réglementaires

Existe-t-il un avenir pour les sciences sociales au sein de l'EFSA ? C’est ce que pense Michael Siegrist. « Pour résoudre quasiment tous les problèmes qui touchent la société actuelle, une collaboration étroite entre spécialistes en sciences sociales et sciences naturelles est nécessaire. Nous pouvons fournir des indications précieuses sur la façon dont les humains prennent des décisions et sur la manière dont les informations devraient être présentées afin que les citoyens puissent prendre des décisions éclairées. »

Andy Hart est d'accord : « Les preuves et l'expertise fournies par les sciences sociales sont essentielles pour évaluer la réaction des citoyens à des actions telles que les politiques nutritionnelles par exemple.» Faisant référence aux responsabilités des décideurs européens et nationaux avec lesquels l'EFSA travaille en étroite collaboration, il ajoute : « ceci pourrait affecter l'impact de différentes options de gestion du risque. »

Utilisation du document d’orientation : qu'en pensent les communicateurs ?

Anthony Smith travaille sur la production de contenu au sein de l'unité Communication de l'EFSA. Il témoigne : « Notre communication doit s’ajuster aux travaux des évaluateurs scientifiques. Étant donné qu’ils adoptent une approche progressive, nous prendrons également du temps pour intégrer les changements dans nos pratiques de travail.

« Même dans ce cas, cela ne changera pas radicalement notre façon de communiquer sur la science, pas autant que, disons, les médias sociaux ou les nouvelles technologies. Mais c’est un outil novateur et pratique qui nous permettra d’être plus transparents quant à la confiance exprimée par nos scientifiques à l’égard de leurs conclusions et des preuves scientifiques qui les étayent. »

Media contacts

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu