Mycotoxines

Les mycotoxines sont des composés toxiques produits par divers types de champignons et appartenant principalement aux espèces Aspergillus, Penicillium et Fusarium. En milieu favorable et à des niveaux de température et d’humidité propices, ces champignons prolifèrent et peuvent produire des mycotoxines. Généralement, celles-ci pénètrent dans la chaîne alimentaire après contamination de cultures alimentaires destinées à l'alimentation humaine et animale, principalement des céréales.

La présence de mycotoxines dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux peut avoir des répercussions sur la santé humaine et animale car ces substances peuvent avoir de nombreux effets indésirables sur la santé, tels que des effets carcinogènes et mutagènes, et causer également des troubles œstrogéniques, gastro-intestinaux et néphrétiques (liés aux reins). Certaines mycotoxines ont aussi des effets immunosuppresseurs et diminuent la résistance aux maladies infectieuses.

L'EFSA collecte et évalue des données d'occurrence sur les mycotoxines dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Elle émet également des conseils à l'attention des demandeurs d’autorisation sur les méthodes destinées à évaluer la sécurité et l'efficacité des additifs utilisés en alimentation animale afin de réduire leur contamination par les mycotoxines.

Le groupe scientifique sur les contaminants de la chaîne alimentaire (groupe CONTAM) de l'EFSA constitue une source de conseils pour les gestionnaires de risques qui s’appuient sur ces informations pour prendre des décisions concernant l’établissement des taux maximum de mycotoxines (telles que l'ochratoxine A, le déoxynivalénol ou zéaralénone) dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Les experts du groupe scientifique examinent les risques afférents pour la santé humaine et animale et peut fixer des doses journalières tolérables pour diverses mycotoxines. En ce qui concerne les mycotoxines dans les aliments destinés aux animaux, le groupe scientifique CONTAM étudie également le taux de propagation entre les aliments pour animaux et les aliments d'origine animale et identifie les matières premières des aliments pour animaux qui pourraient être considérées comme des sources d'exposition. Les travaux de l'EFSA sur les aflatoxines, un type de mycotoxines découvert dans les amandes, les noisettes et les pistaches prêtes à la consommation, sont présentés dans un dossier séparé. 

Le personnel de l'EFSA assure la continuité de la collecte de données sur les mycotoxines en intégrant de nouvelles données d'occurrence aux bases de données existantes et en facilitant la création de nouvelles bases de données.

Le groupe scientifique sur les additifs et produits ou substances utilisés en alimentation animale (groupe FEEDAP) effectue des travaux connexes sur la sécurité pour les animaux d'additifs contenant des substances visant à réduire la contamination de l'alimentation animale par des mycotoxines. L'EFSA a aussi fourni des conseils sur les lignes directrices à suivre pour la soumission de demandes d'autorisation de ce type d'additif. 

Principaux travaux en cours

Demandes d'avis de l'EFSA sur les risques pour la santé humaine et animale liés aux mycotoxines suivantes dans les aliments destinés à l’alimentation humaine et animale:

L'EFSA fournit des conseils scientifiques et des évaluations des risques sur les mycotoxines aux gestionnaires des risques de l'Union européenne pour les aider à évaluer la nécessité d’instaurer des mesures réglementaires en ce qui concerne la sécurité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux contaminés par des mycotoxines. En particulier, on a demandé à l'EFSA:

  • d'évaluer la toxicité des mycotoxines pour la santé humaine et animale en tenant compte de toutes les informations toxicologiques pertinentes disponibles
  • d'évaluer l'exposition humaine et animale à l'aide de données d'occurrence, en particulier à partir des activités de surveillance menées dans les États membres de l'Union européenne
  • d'étudier l'exposition de groupes de population spécifiques, par exemple les nourrissons, les enfants ou les personnes suivant des régimes alimentaires particuliers
  • d'étudier l'exposition de diverses espèces animales, telles que les animaux d'élevage, les poissons et les animaux de compagnie (animaux familiers et chevaux)
  • de présenter des recommandations de recherches pour la collecte de données supplémentaires sur les mycotoxines pour permettre d’affiner les évaluations des risques.

La législation de l'Union européenne protège les consommateurs comme suit:

  • Établissement de taux maximum pour les mycotoxines dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour s’assurer qu’elles ne nuisent pas à la santé humaine ou animale
  • Maintien des taux de mycotoxines aussi bas que raisonnablement possible par l'observation des bonnes pratiques en matière d'agriculture, de stockage et de traitement.

Des taux maximum pour les mycotoxines et certains autres contaminants dans les denrées alimentaires sont fixés dans le règlement (CE) No 1881/2006 et les amendements ultérieurs. Les dispositions sur les modalités de prélèvement d'échantillons et les méthodes d'analyse dans le cadre du contrôle officiel des taux de mycotoxines sont définies dans le règlement (CE) No 401/2006.

d analysis for the official control of mycotoxins were introduced in Regulation (EC) 401/2006.

La directive 2002/32/CE établit les taux maximum de contaminants, y compris de mycotoxines, autorisés dans les aliments pour animaux. En raison de la variation interannuelle considérable et de la propagation limitée des toxines du Fusarium et de l'ochratoxine A entre les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, une approche en deux temps a été adoptée pour ces mycotoxines dans la recommandation 2006/576/CE.