Bisphénol A: l'EFSA organise une consultation publique sur l'évaluation des risques pour la santé humaine

L'EFSA lance une consultation publique sur son projet d'évaluation des risques associés à l'exposition au bisphénol A (BPA) pour la santé humaine. L'Autorité a entrepris un examen complet de la littérature scientifique et des évaluations des risques antérieures réalisées sur le BPA par des organismes d'experts. Toutes les parties prenantes et intéressées sont invitées à formuler leurs observations sur le document par le biais d'une consultation publique en ligne qui sera ouverte jusqu’au 13 mars 2014. Les contributions des organismes nationaux d’évaluation des risques ayant évalué le BPA par le passé sont particulièrement recherchées. Dans le cadre de son engagement en faveur d’une approche ouverte et participative, l'EFSA organisera également une réunion avec les parties prenantes pour discuter des commentaires reçus au cours de cette consultation publique.

Le BPA est un composé chimique utilisé dans des matériaux en contact avec les aliments tels que des emballages ou d’autres produits de consommation. En mars 2012, le groupe scientifique de l'EFSA sur les matériaux en contact avec les aliments, les enzymes, les arômes et les auxiliaires technologiques (groupe CEF), a décidé de procéder à une réévaluation complète des risques liés à l'exposition au BPA, par l’intermédiaire de sources alimentaires et de sources non-alimentaires, telles que du papier thermique ou des poussières. Pour s’assurer d’avoir accès aux études les plus récentes, l’EFSA a travaillé en liaison étroite avec les organismes européens et nationaux engagés dans l’évaluation du BPA, ainsi qu’avec d’autres experts scientifiques en ce qui concerne les études actuellement en cours.

L'EFSA s’est penchée sur plus de 450 études portant sur les dangers potentiels pour la santé associés au BPA et elle a identifié des effets indésirables probables sur le foie et les reins, ainsi que des effets sur la glande mammaire, comme étant liés à l'exposition à cette substance chimique. Elle recommande donc que la dose journalière tolérable (DJT) actuelle soit abaissée. L'Autorité a également noté que des incertitudes subsistent quant à un certain nombre d'autres risques pour la santé considérés comme moins probables. En conséquence, la DJT proposée devrait être établie sur une base provisoire, en attendant les résultats des travaux de recherche menés dans le cadre du programme national de toxicologie des États-Unis (US National Toxicology Program – NTP) qui répondront à bon nombre des incertitudes actuelles subsistant sur les effets potentiels sur la santé du BPA. L'EFSA conclut toutefois que le BPA représente un risque faible pour la santé des consommateurs étant donné que l'exposition à cette substance est bien inférieure à la DJT provisoire.

L'EFSA indique qu’une grande partie de la science qui sous-tend ces conclusions est en constante évolution et que ce projet d'avis contient par conséquent un certain nombre d'incertitudes. Le groupe scientifique CEF procèdera à l’évaluation de ces incertitudes dans la version finale de l'avis qui sera publiée plus tard dans le courant de cette année.

Iona Pratt, présidente du groupe scientifique de l'EFSA sur les matériaux en contact avec les aliments, les enzymes, les arômes et les auxiliaires technologiques (groupe CEF), a déclaré: « L'évaluation des risques associés au BPA s’est avérée extrêmement complexe. L’EFSA conclut qu’il existe un niveau estimé sans danger d'exposition au BPA – connu sous le nom de DJT – mais elle l’a abaissé et décidé de l’établir sur une base provisoire en raison des incertitudes qui persistent sur les risques posés par cette substance. Nos experts ont identifié des dangers pour la santé associés à l'exposition au BPA. Cependant, nous estimons que le risque pour la santé humaine est faible parce que l'exposition des consommateurs au BPA est inférieure à la DJT provisoire (DJT-p). Nous avons analysé les meilleures preuves disponibles en utilisant des méthodes à la pointe des connaissances, mais nous reconnaissons cependant que la compréhension dans ces domaines est en constante progression. Par conséquent, nos conclusions sont aussi définitives que possible à la lumière des données disponibles actuellement ».

Principales conclusions du projet d'avis sur la toxicité du BPA

  • L’EFSA conclut que l’exposition au BPA est susceptible d’avoir des effets défavorables sur les reins et le foie, ainsi que des effets sur la glande mammaire.
  • L’avis se penche aussi sur les effets possibles du BPA sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, ainsi que sur le développement de cancers. Bien qu’un lien entre le BPA et ces autres effets soit actuellement considéré comme improbable, l’EFSA conclut qu’ils pourraient constituer une préoccupation potentielle pour la santé humaine et qu’ils représentent une incertitude supplémentaire concernant les risques que présente cette substance.
  • Les experts de l'EFSA recommandent que la dose journalière tolérable (DJT) pour le BPA soit abaissée, de son niveau actuel de 50 µg/kg de poids corporel/jour (ou 0,05 mg/kg/pc/jour) à 5 µg/kg pc/jour (0.005 mg/kg/pc/jour), et qu’elle soit établie sur une base provisoire.
  • L'EFSA indique que le risque sanitaire pour tous les groupes de population est faible – y compris pour les fœtus, les nourrissons, les jeunes enfants et les adultes. En effet,  les estimations les plus élevées d'exposition combinée au BPA par voie orale et non-orale sont de 3 à 5 fois plus faibles que la DJT-p proposée, en fonction du groupe d'âge. Pour tous les groupes de population, l'exposition orale est, à elle seule, plus de 5 fois inférieure à la DJT-p proposée.
  • Le groupe scientifique CEF a utilisé une méthodologie en trois étapes pour calculer la DJT-p proposée:
    • Les dangers pour la santé que des études et des avis scientifiques antérieurs ont suggéré comme étant associés à l'exposition au BPA ont été évalués en appliquant la méthode fondée sur des éléments de preuve. Il s’agissait d’effets sur les systèmes reproductif, neurologique, métabolique, immunitaire et cardio-vasculaire, ainsi que d’effets génotoxiques et carcinogènes, de changements dans la glande mammaire et d’effets toxiques généraux. L’EFSA a conclu qu'il existait suffisamment d’éléments probants qui étayaient une association probable entre l'exposition au BPA et des effets toxiques généraux – en particulier des effets sur le rein et le foie – ainsi qu’entre une exposition au BPA et des changements de la glande mammaire.
    • Une méthode statistique connue sous le nom de l'approche de la dose de référence a été utilisée pour estimer le niveau auquel le BPA provoque un effet faible mais mesurable sur le rein, le foie et les glandes mammaires chez les animaux. Les résultats sur le rein chez la souris ont été utilisés pour dériver la DJT-p car ils ont été considérés comme des effets déterminants qui se produisent de façon fiable à la plus faible dose de référence.
    • L'EFSA a également examiné de nouveaux résultats de recherche qui permettent de mieux comprendre la façon dont se comporte le BPA dans le corps des animaux par rapport à celui de l'homme. Sur la base de cette comparaison, l'EFSA a été en mesure de convertir le niveau de la dose à laquelle le BPA engendre un effet chez la souris en une dose orale équivalente pour l'homme. Ceci a permis à l'EFSA d'utiliser des données réelles pour dériver la DJT-p au lieu des valeurs standard par défaut – des estimations prudentes utilisées en l'absence de données réelles – ayant été utilisées dans les évaluations précédentes du BPA.

 

Notes to editors

Le bisphénol A est employé comme monomère dans la fabrication de plastique polycarbonate utilisé dans des articles tels que des bouteilles réutilisables ou des conteneurs de stockage, ainsi que dans le revêtement en résine époxyde de certaines boîtes de conserves alimentaires et cannettes.

Dose journalière tolérable (DJT) – la quantité estimée d'une substance chimique qui peut être ingérée quotidiennement pendant toute la durée d’une vie sans risque significatif pour la santé. L'exposition à de telles substances ne peut pas toujours être évitée étant donné que certaines se retrouvent dans les aliments à la suite d’un transfert depuis des matériaux en contact avec les aliments. Les DJT sont exprimées en termes de poids corporel, généralement en milligrammes ou en microgrammes (de la substance) par kilogramme de poids corporel, et par jour en cas d’exposition répétée. 1 milligramme (mg) = 1 000 microgrammes (µg).

L'EFSA a adopté une approche en deux étapes pour l'avis scientifique sur le BPA. Un projet d'évaluation de l'exposition a été élaboré en juillet 2013. L'Autorité fournit maintenant un projet d'examen de la toxicité et des risques possibles pour la santé humaine liés à  l'exposition à cette substance.

Media contacts

Relations Médias EFSA 
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu