La résistance aux antimicrobiens

 Les agents antimicrobiens, comme les antibiotiques, sont des substances utilisées pour tuer des micro-organismes ou pour arrêter leur développement et leur multiplication. Ils sont couramment utilisés dans des médicaments à usage humain et vétérinaire pour traiter une grande variété de maladies infectieuses

La résistance aux antimicrobiens désigne la capacité des micro-organismes à résister aux traitements antimicrobiens. L’utilisation abusive ou à mauvais escient d’antibiotiques engendre l’émergence et la propagation des micro-organismes qui y sont résistants, ce qui rend le traitement inefficace et représente un risque sérieux pour la santé publique. Un exemple bien connu de bactérie ayant acquis une résistance à plusieurs antibiotiques est Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM).

La bactérie résistante peut se propager par différentes voies. Lorsqu’une résistance aux antimicrobiens apparaît parmi des bactéries zoonotiques présentes chez des animaux et dans des aliments, elle peut également compromettre le traitement efficace de maladies infectieuses chez l’homme.

Dans le domaine de la sécurité des aliments, les décideurs doivent protéger les consommateurs contre les risques liés à la chaîne alimentaire et définir les meilleures options de contrôle pour diminuer ces risques. Les scientifiques et les évaluateurs des risques examinent les facteurs pouvant conduire à la présence de bactéries résistantes aux antimicrobiens dans les aliments et chez les animaux, afin de fournir des avis scientifiques appropriés aux décideurs. 

Rôle de l’EFSA

L’EFSA apporte une assistance et des conseils scientifiques indépendants aux gestionnaires des risques concernant les risques pour la santé humaine et animale, liés à la possibilité d’émergence, de propagation et de transmission d’une résistance aux antimicrobiens dans la chaîne alimentaire et dans les populations animales. L’EFSA adopte une approche intégrée dans ses travaux sur la résistance aux antimicrobiens, auxquels participent plusieurs de ses groupes scientifiques et unités, car il s’agit d’un problème touchant l’ensemble de la chaîne alimentaire.

L’EFSA mène ses travaux en collaboration étroite avec d’autres agences de l’UE compétentes dans ce domaine, telles que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne des médicaments (EMA). 

   

Surveillance et analyse de la résistance aux antimicrobiens dans la chaîne alimentaire

L’EFSA surveille et analyse la situation en ce qui concerne la résistance aux antimicrobiens dans les aliments et chez les animaux dans l’ensemble de l’Europe. L’Autorité est assistée dans sa tâche par la task force pour la collecte des données sur les zoonoses: un réseau paneuropéen qui regroupe les représentants nationaux des États membres de l’UE, d’autres pays associés aux signalements, ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE).

Sur la base des données collectées par les États membres de l’UE, l’EFSA établit, en coopération avec l’ECDC, des rapports de synthèse annuels sur les zoonoses, les foyers de toxi-infections alimentaires et la résistance aux antimicrobiens, qui illustrent l’évolution de la situation en Europe. L’EFSA publie également des rapports d’études de référence sur la prévalence de la résistance aux antimicrobiens dans l’UE dans des populations animales spécifiques, par exemple des rapports sur le SARM chez les porcins, et conseille les autorités nationales sur la manière de mener leurs activités de surveillance et de signalement.

Les groupes scientifiques de l’EFSA examinent les rapports annuels et formulent des recommandations concernant les mesures de prévention et les mesures de réduction des risques. 

Évaluations des risques et recommandations

Les groupes scientifiques de l’EFSA évaluent les risques associés à la résistance aux antimicrobiens et émettent des avis scientifiques sur les options de contrôle, à la demande des gestionnaires des risques ou de leur propre initiative. Ces travaux ont inclus des évaluations des risques réalisées par le groupe scientifique sur les dangers biologiques concernant la résistance aux antimicrobiens dans les filières alimentaires humaine et animale et l’importance en matière de santé publique de la présence du SARM chez les animaux et dans les denrées alimentaires, portant en particulier sur le type spécifique de SARM détecté chez les animaux producteurs d’aliments. Le groupe scientifique sur les additifs et produits ou substances utilisés en alimentation animale évalue la sécurité des additifs utilisés dans les aliments pour animaux, notamment les risques liés à la résistance aux antibiotiques lorsque des micro-organismes sont concernés. 

L’EFSA, l’ECDC, l’EMA et le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (SCENIHR, Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks) de la Commission européenne ont également publié un avis scientifique conjoint sur la résistance aux antimicrobiens, consacré aux infections susceptibles d’être transmises à l’homme à partir d’animaux ou de denrées alimentaires (c’est-à-dire les zoonoses). 

L’EFSA travaille avec des acteurs clés de l’UE pour réduire la résistance aux antimicrobiens

En 2001, la Commission européenne a lancé une stratégie de l’UE pour lutter contre la menace que représente la résistance aux antimicrobiens pour la santé de l’homme, des animaux et des plantes. Elle incluait la suppression progressive d’antibiotiques destinés à un usage non médical chez les animaux et s’articulait sur différentes actions aux plans européen et national dans les domaines de la collecte de données, de la surveillance, de la recherche et de la sensibilisation.
 
La législation de l’UE relative à la nutrition des animaux a interdit l’utilisation d’antibiotiques pour stimuler la croissance dans les aliments pour animaux à partir de janvier 2006.
 
En 2007, l’EFSA a publié des spécifications pour la surveillance harmonisée de la résistance aux antimicrobiens chez deux bactéries zoonotiques importantes – Salmonella et Campylobacter – présentes chez des animaux et dans des denrées alimentaires.
 
En 2008, le groupe scientifique de l’EFSA sur les dangers biologiques a publié un avis examinant comment les aliments pouvaient devenir un vecteur de transmission à l’homme de bactéries résistantes aux agents antimicrobiens. Il a émis des recommandations pour la prévention et le contrôle de la transmission, en insistant sur les bonnes pratiques d’hygiène à tous les stades de la filière alimentaire en tant que facteur de prévention et de contrôle décisif. L’EFSA a publié des spécifications complémentaires pour la surveillance harmonisée de la résistance aux antimicrobiens chez Escherichia coli et les entérocoques présents chez des animaux et dans des denrées alimentaires.

L’ECDC a organisé la première Journée européenne annuelle de sensibilisation aux antibiotiques (18 novembre), pour une meilleure prise de conscience de la menace que représente pour la santé publique la résistance aux antibiotiques et de l’intérêt d’une l’utilisation responsable des antibiotiques.

 
En 2009, le groupe scientifique sur les dangers biologiques a évalué l’importance pour la santé publique de la présence du Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) chez des animaux et dans des denrées alimentaires. Il a conclu que le SARM associé au bétail ne représente qu’une faible proportion de toutes les infections à SARM signalées dans l’UE, des différences significatives se marquant entre les États membres. L’EFSA a également publié les résultats d’une enquête de référence menée à l’échelle de l’UE sur la présence de SARM chez les porcins.

Dans un avis conjoint publié par l’EFSA, l’ECDC, l’EMA et le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux, il a été conclu que la résistance aux antimicrobiens était en augmentation dans le monde entier et suscitait des préoccupations particulières en médecine humaine en raison de la résistance des bactéries aux antibiotiques utilisés pour le traitement des infections à Salmonella et à Campylobacter, les deux zoonoses les plus souvent signalées en Europe.

 
En 2010, l’EFSA a publié les premiers rapports de synthèse de l’UE sur la résistance aux antimicrobiens dans les bactéries zoonotiques présentes chez des animaux et dans des denrées alimentaires, couvrant les années 2004 à 2008.
 
Depuis 2011, l’EFSA et l’ECDC établissent un rapport conjoint sur la résistance aux antimicrobiens dans les bactéries zoonotiques affectant l’homme, les animaux et les denrées alimentaires. Le rapport apporte une contribution importante aux travaux menés sur le plan européen et la Commission européenne le met à profit pour élaborer ses propositions de mesures de lutte contre la résistance aux antimicrobiens.

 

Cadre de l’UE

La Commission européenne a lancé une stratégie européenne de lutte contre la menace que représente la résistance aux antimicrobiens pour la santé de l’homme, des animaux et des plantes. Elle comprend la suppression progressive de l’usage non médical d’antibiotiques chez les animaux (par exemple, leurs utilisations dans des aliments pour animaux pour stimuler la croissance) et couvre une variété de mesures au niveau européen et national dans les domaines de la collecte de données, de la surveillance, de la recherche et de la sensibilisation. Les mesures devant être prises par les États membres dans le domaine de la médecine humaine sont décrites dans une recommandation sur l’utilisation responsable des antibiotiques.

Plusieurs mesures de gestion des risques visant à combattre la résistance aux antimicrobiens sont en place au niveau de la filière alimentaire. La législation européenne relative aux zoonoses - (maladies ou infections animales transmissibles entre les animaux et l’homme) oblige les États membres à surveiller les tendances de la résistance aux antimicrobiens dans les bactéries zoonotiques et d’autres agents pouvant représenter une menace pour la santé publique.

Au plan international, les pays coopèrent par l’intermédiaire d’un Groupe intergouvernemental sur la résistance aux antimicrobiens, qui présente ses rapports à la Commission du Codex Alimentarius. L’UE et les États-Unis ont également créé un groupe d’action transatlantique sur les questions de résistance aux antimicrobiens.

  • Latest Updates
  • Actualités (19)
  • Publications (29)
  • Appels (2)
Dernière mise à jour: 25 mars 2014