L’EFSA met à jour ses conseils de sécurité sur six colorants alimentaires

Après avoir examiné toutes les preuves disponibles, le groupe scientifique de l'Autorité européenne de sécurité des aliments en charge des additifs (groupe ANS) a décidé de réduire les doses journalières acceptables (DJA) pour les colorants alimentaires artificiels jaune de quinoléine (E104), jaune orangé S (E110) et Ponceau 4R (E124).[1] En conséquence, le groupe scientifique a conclu que l’exposition à ces colorants pourrait dès lors dépasser les nouvelles DJA tant pour les adultes que les enfants.

Le groupe scientifique a estimé que les données actuellement disponibles ne rendaient pas nécessaire la modification des DJA existantes pour les trois autres colorants évalués – tartrazine (E102), azorubine/carmoisine (E122) et rouge Allura AC (E129). Selon le groupe scientifique, seuls quelques enfants qui consomment de grandes quantités d’aliments et de boissons contenant de l’azorubine/carmoisine ou du rouge Allura AC pourraient dépasser les DJA établies pour ces colorants.

John Larsen, président du groupe ANS, a déclaré: «De nombreux colorants alimentaires sont utilisés depuis des décennies, depuis leur autorisation initiale. Forts d’une telle durée d’utilisation, nous examinons maintenant l’ensemble des données disponibles, notamment tout nouvel élément concernant leur sécurité, dans le but de contribuer à protéger les consommateurs européens. Nous effectuons ce travail systématiquement pour tous les additifs alimentaires et nous avons commencé par les colorants ayant suscité certaines préoccupations.»

Les six colorants réévalués par le groupe scientifique peuvent être utilisés dans diverses denrées alimentaires telles que des boissons rafraîchissantes, des produits de boulangerie et des desserts. Le groupe a conclu qu’un des colorants, la tartrazine, pouvait engendrer des réactions d’intolérance — telles que des irritations de la peau — pour une petite partie de la population. Pour les cinq autres colorants (jaune de quinoléine, jaune orangé S, Ponceau 4R, azorubine/carmoisine et rouge Allura AC), en se basant sur les preuves scientifiques limitées dont il disposait, le groupe n’a pas pu tirer de conclusion ferme sur une éventuelle relation avec les réactions d’intolérance.

L’EFSA évalue actuellement la sécurité de tous les additifs alimentaires individuels dont l’utilisation est autorisée dans l’UE, à commencer par les colorants alimentaires. La Commission européenne a demandé à l’EFSA de considérer ces six colorants comme une priorité suite à la publication par l'université de Southampton (McCann et al) en 2007 d’une étude – connue sous le nom d’«étude Southampton» – qui établit un lien entre certains mélanges de ces colorants avec l’agent conservateur benzoate de sodium et l’hyperactivité chez les enfants.

John Larsen a ajouté: «Nous avons à présent réduit les DJA pour trois des six colorants que nous avons évalués mais pour des motifs distincts dans chaque cas car des données différentes étaient disponibles pour chacun des composés individuels. Les données disponibles actuellement — y compris l’étude Southampton elle-même — n’apportent pas de preuves attestant d’une relation de cause à effet entre les colorants individuels et d’éventuels effets sur le comportement.»

Les conseils scientifiques de l’EFSA contribueront à éclairer toute mesure de suivi devant être prise par la Commission européenne et/ou les États membres de l'UE.

Media contacts

Relations Médias EFSA 
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

[1]La dose journalière acceptable est la quantité d’une substance qui peut être ingérée quotidiennement, pendant toute une vie, sans risque notable pour la santé.