Le rapport sur les dioxines et les PCB montre une baisse de l’exposition alimentaire durant la dernière décennie

Nouvelle
18 juillet 2012

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un nouveau rapport sur les taux de dioxines et de biphényles polychlorés (PCB) présents dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Les dioxines et les PCB sont des polluants environnementaux persistants qui peuvent s’accumuler dans la chaîne alimentaire. Avec le temps, ces substances toxiques peuvent avoir des effets nocifs sur la santé humaine et peuvent provoquer des cancers. Le rapport révèle une baisse générale de l’exposition alimentaire aux dioxines et aux PCB de type dioxine pour la période 2008-2010 par rapport à 2002-2004, d’au moins 16 % et allant jusqu’à 79 % pour la population générale, avec une diminution similaire pour les enfants en bas âge et autres enfants. L’exposition aux PCB de type non-dioxine, un sous-ensemble des PCB présentant des propriétés toxicologiques différentes, a également baissé.

L’EFSA collecte et analyse des données sur les taux de contamination par les dioxines et les PCB par rapport aux taux maximum qui ont été fixés pour ces substances pour différentes catégories de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux dans l’UE, afin de protéger les consommateurs. Ce rapport, qui a été élaboré par l’unité de l’EFSA «Surveillance alimentaire et chimique», repose sur quelque 33 000 échantillons collectés par 26 pays européens entre 1995 et 2010. Les taux de dioxines et de PCB de type dioxine, ainsi que ceux de PCB de type non-dioxine, étaient supérieurs aux niveaux maximum autorisés, respectivement de 10 % et de 3 % dans les échantillons de denrées alimentaires. À peine plus de 2 % des échantillons d’aliments pour animaux dépassaient les taux maximum autorisés, tant pour les dioxines et les PCB de type dioxine, que pour les PCB de type non-dioxine.

Les aliments pour animaux et les denrées alimentaires d’origine animale présentaient les taux de contamination les plus élevés. La «chair d’anguilles» et les «foies de poisson et produits dérivés» contenaient les taux moyens de contamination les plus élevés, à la fois pour les dioxines et pour les PCB. La viande de mouton contenait en moyenne moins de dioxines et de PCB que la viande de bœuf. Les œufs de poules élevées en batteries contenaient moins de dioxines et de PCB que ceux de la production issue d’élevages de poules en liberté, biologiques ou en plein air. Le saumon et la truite d’élevage contenaient en moyenne des taux de dioxines et de PCB plus faibles que le saumon et la truite pêchés dans la nature. Le hareng, le saumon et la truite de la région de la mer baltique étaient plus contaminés par des dioxines et des PCB que ceux d’autres régions.

Globalement, le poisson, la viande et les produits laitiers étaient les sources les plus importantes de denrées alimentaires. Cependant, leur importance relative pour l’exposition alimentaire dépendait de l’âge des consommateurs et des pays de résidence. Le facteur principal contribuant à l’exposition totale était le lait et les produits laitiers pour presque tous les groupes de nourrissons et d’enfants en bas âge, tandis qu’il s’agissait du poisson et des produits de la mer pour la majorité des autres groupes de populations.

En guise d’avertissement, le rapport ajoute que les résultats sont susceptibles de surestimer la contamination des denrées alimentaires et l’exposition des populations, en raison de l’échantillonnage ciblé utilisé, tout en sous-estimant potentiellement l’exposition pour certains groupes de populations, dans la mesure où toutes les denrées alimentaires ne sont pas prises en compte. De plus, les variations régionales n’ont pas été prises en compte, car toutes les données en faisant état ont été fusionnées pour représenter une moyenne européenne.

Le rapport recommande que la surveillance future cible les denrées alimentaires identifiées comme constituant les facteurs principaux de l’exposition totale de la population, mais pour lesquelles les estimations des taux de contamination n’étaient pas robustes. En outre, une totale conformité aux exigences réglementaires concernant l’analyse et la communication des rapports faciliteraient les évaluations futures des risques au niveau de l’Europe.


Notes aux éditeurs:

- Les dioxines se forment sous l’action du feu, par exemple lors de l’incinération de déchets ou de feux de forêt, ainsi qu’au cours de certains processus industriels, en tant qu’impuretés indésirables. Les PCB étaient largement utilisés dans de nombreuses applications industrielles et étaient produits massivement pendant plusieurs décennies, jusqu’à ce qu’ils aient été interdits dans la plupart des pays dans les années 1980. Leur présence dans l’environnement en Europe a diminué depuis les années 1970, à la suite d’efforts concertés des autorités publiques et de l’industrie.

- En 2010, l’EFSA a reçu le mandat de la Commission européenne de collecter et d’analyser, sur une base permanente, toutes les données disponibles sur les dioxines et les PCB présents dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Le mandat inclut la publication d’un rapport tous les deux ans, analysant ces données. En 2011, la Commission a révisé les taux maximum autorisés de dioxines et de PCB dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, en tenant compte des précédents rapports de surveillance de l’EFSA concernant les dioxines et les PCB, ainsi que de l’avis scientifique de 2005 du groupe scientifique de l’EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire, relatif à la présence de PCB de type non-dioxine dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu