Fièvre catarrhale : l'EFSA passe en revue les mesures de contrôle

L’EFSA a conclu que des programmes généralisés de vaccination s’étalant sur cinq ans au minimum, combinés à une surveillance renforcée et constante constitueraient les seules mesures efficaces pour éradiquer la fièvre catarrhale en Europe.

Suite à une demande de la Commission européenne, les experts de l'EFSA se sont penchés sur diverses mesures de lutte contre la fièvre catarrhale ainsi que sur différentes options visant à encadrer la sécurité du commerce d’animaux depuis des régions infectées à des régions exemptes de maladie. Ils ont également mis à jour l’avis scientifique sur les aspects épidémiologiques de la maladie, en particulier ses modes de transmission.

L’éradication de la fièvre catarrhale du mouton est très difficile ; au moins cinq années consécutives de vaccination couvrant 95% des bovins et des ovins vulnérables seraient nécessaires, ont conclu les experts. Ces campagnes de vaccination de masse devraient être accompagnées de systèmes de surveillance très sensibles, capables de détecter de faibles niveaux de prévalence du virus — inférieurs à 1% des animaux dans une zone surveillée —, sans quoi la maladie pourrait réapparaître quelques années après la fin de la campagne de vaccination.

Ces programmes de surveillance devraient être conçus au cas par cas et tenir compte d’aspects tels que la zone géographique surveillée ou encore la phase épidémiologique de la maladie

Immunisation et transmission

Les experts soulignent également les points suivants :

  • les animaux nouveau-nés reçoivent de leur mère des anticorps qui les protègent de la maladie pendant trois mois environ. Ces anticorps peuvent cependant interférer avec la vaccination, ce qui la rend inefficace au cours de cette période. Dans la plupart des cas, l’immunité prend cours 21 jours après l’application de la deuxième dose du programme de vaccination de base.
  • Certaines espèces de moucherons qui transmettent la maladie sont actifs durant toute l'année, en particulier dans les zones où l'hiver est tempéré, par exemple le bassin méditerranéen. Dans ces régions, la transmission du virus peut se produire à tout moment. Dans les régions plus froides, comme en Europe du Nord, les moucherons sont inactifs pendant une période d’environ trois mois d'hiver, au cours de laquelle la transmission est interrompue.

Conformément à la nouvelle approche de l’EFSA en matière de promotion des méthodes pour l’utilisation des éléments de preuve (projet  Prometheus ), le groupe scientifique de l’ESFA sur la santé et le bien-être des animaux a rendu compte de la stratégie adoptée pour réaliser cette évaluation des risques dans un protocole qui documente toutes les mesures prises pour parvenir à ces conclusions finales. Cette nouvelle approche améliore la fiabilité et la transparence du processus scientifique.

L’avis scientifique de l'EFSA aidera les décideurs politiques lorsqu'ils se pencheront sur la révision de la législation relative à la fièvre catarrhale.

Et ensuite ?

Dici juin 2017, l'EFSA classera les différents types de fièvre catarrhale en fonction de leurs caractéristiques, ce qui permettra d'identifier des mesures de protection et de lutte spécifiques.

Qu'est-ce que la fièvre catarrhale ?

La fièvre catarrhale est une maladie virale à transmission vectorielle chez les ruminants domestiques et sauvages tels que moutons, chèvres, bovins ou cerfs. Elle est transmise par les piqûres de certaines espèces de moucherons culicoïdes.

Media contacts

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu