Les traitements « n’éliminent pas Xylella des oliviers, mais permettent de réduire les symptômes de la maladie »

Les traitements testés sur les oliviers des Pouilles permettent de réduire les symptômes de la maladie causée par Xylella fastidiosa, mais ils n’éliminent pas l'agent pathogène des plantes infectées.

Telle est la conclusion principale d'une évaluation effectuée par l'EFSA sur l'efficacité des traitements de lutte contre X. fastidiosa sur les oliviers. Les résultats confirment l'expérience vécue dans d'autres parties du monde, où X. fastidiosa provoque également d'énormes dégâts et où aucun traitement n'a pu être identifié pour éliminer l'agent pathogène des plantes cultivées en plein air.

Les experts en santé des plantes de l'EFSA ont évalué des études menées dans les Pouilles par deux groupes : une étude menée par des chercheurs de l'Université de Foggia, l'autre par le Consiglio per la ricerca in agricoltura e l’analisi dell’economia agraria (CREA) à Caserta. Les experts ont aussi fait le bilan des traitements utilisés dans d'autres parties du monde pour lutter contre des infections d’origine bactérienne sur les végétaux, y compris les oliviers, les agrumes, les pommiers, les poiriers et la vigne.  

Les chercheurs de l’Université de Foggia ont traité les oliviers infectés au moyen de plusieurs composés bioactifs suite à une taille sévère. Ils ont signalé une croissance vigoureuse de nouvelles branches porteuses de feuilles exemptes de symptômes dans les cinq mois suivant l’application du traitement. Ils ont également rapporté que les arbres traités ont produit des récoltes d'olives d’une certaine ampleur.

Le groupe CREA a aussi signalé des résultats positifs suite à l’utilisation d'un produit commercial contenant du zinc, du cuivre et de l’acide citrique ; toutes les plantes traitées ont survécu tant à l’été 2015 qu’à l'hiver qui lui a succédé. Néanmoins, le groupe scientifique de l'EFSA sur la santé des plantes (PLH) estime qu'il serait prématuré de tirer de ces résultats expérimentaux des conclusions sur l'efficacité à long terme de ces traitements. Seules les expériences menées sur plusieurs saisons pourront fournir des informations fiables sur l'efficacité à long terme de ces traitements, a  informé le groupe scientifique dans sa déclaration.

Les chercheurs ont informé l’EFSA qu'ils considéraient eux aussi ces résultats comme préliminaires et qu'ils devraient être réitérés pendant au moins une saison supplémentaire. Ils ont ajouté que l'objectif des tests était d'évaluer la capacité des traitements à supprimer les symptômes de la maladie plutôt qu’à éliminer l'agent pathogène des oliviers infectés.

Le groupe PLH n’a pas été en mesure de procéder à un examen des données expérimentales, les chercheurs des Pouilles n’ayant en effet pas pu partager l'information en raison de questions liées à des brevets/droits de propriété. Toutefois, le groupe scientifique souligne que les recherches intensives déjà menées sur certaines maladies présentes dans d'autres cultures, telle que la maladie de Pierce sur la vigne notamment, indiquent que de tels traitements peuvent améliorer la santé des plantes – en particulier lorsqu'ils sont combinés avec certaines pratiques agricoles – mais qu'ils ne peuvent pas les guérir ou empêcher leur infection par Xylella.

Les experts ont pris note des avantages possibles de ces traitements pour prolonger la vie des oliviers, en particulier les oliviers de la zone de confinement des Pouilles où la bactérie X. fastidiosa CoDiRO est présente et généralisée, et ils conviennent de la nécessité de mener des études supplémentaires à ce sujet. 

Contacter l’EFSA
Si vous êtes journaliste/représentant médias, veuillez contacter le service relations médias de l’EFSA. Dans le cas contraire, veuillez contacter le service Ask EFSA.

Contact presse

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

Autres types de requêtes

Service Ask EFSA