L’EFSA fournit des informations actualisées sur le virus "Schmallenberg" dans l'UE

L'Autorité européenne de sécurité des aliments a publié un rapport analysant les dernières données épidémiologiques disponibles sur l'incidence du virus de « Schmallenberg » (SBV) en Europe. Le rapport indique qu’à la fin du mois d’octobre 2012, le virus – qui touche les ruminants domestiques et sauvages – avait été signalé par 14 pays. Les données les plus récentes communiquées dans ce rapport montrent que le SBV a continué de circuler en Europe, des troupeaux récemment touchés ayant étant identifiés dans de nouvelles régions en octobre 2012. Des tests de laboratoire ont confirmé la présence du SBV dans environ 6000 exploitations. L'EFSA réitère que le nombre de troupeaux atteints est peu élevé par rapport au nombre total de troupeaux, la proportion maximale de troupeaux confirmés pour le SBV par région étant de 6,6% pour les ovins et de 4% pour les bovins. Pour le moment, l'Autorité ne dispose pas de données qui lui permettraient d’évaluer l'impact sur les troupeaux atteints.

L'EFSA a publié ce rapport dans le cadre d’une demande de la Commission européenne l’invitant à exercer une surveillance et une analyse régulières des données les plus récentes disponibles sur le SBV. Les données les plus récentes montrent que le SBV a continué de circuler en Europe, des troupeaux récemment touchés ayant étant identifiés dans de nouvelles régions. Ces nouvelles régions ont été identifiées en bordure de zones infectées connues. Toutefois, il est possible que des animaux n’ayant pas encore été exposés au virus dans la zone affectée soient encore vulnérables à l'infection et que certains effets sur des animaux nouveau-nés doivent encore être observés.

Les résultats du rapport de l'EFSA ont été communiqués à la Commission européenne et aux États membres afin de leur fournir un état des lieux des dernières informations scientifiques disponibles sur le SBV ainsi qu’une assistance en termes d’approches de gestion des risques qui pourraient être adoptées.

Il n'existe actuellement aucune preuve que le virus de Schmallenberg puisse engendrer de maladie chez l'homme.

Notes to editors

Nommé d'après la ville allemande où il a été identifié pour la première fois, le virus de Schmallenberg, qui appartient à un groupe de virus transmissibles par vecteurs, est apparu en Europe dans la seconde moitié de 2011. Le virus de Schmallenberg touche les moutons mais aussi les bovins et les chèvres et peut entraîner de graves malformations congénitales.

Media contacts

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu