Hydrocarbures d’huiles minérales: l’EFSA publie un avis sur ces composés complexes

Nouvelle
6 juin 2012

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un avis scientifique sur l’exposition humaine à un groupe diversifié de mélanges appelés «hydrocarbures d’huiles minérales» (MOH, mineral oil hydrocarbons) par l’intermédiaire de l’alimentation. L’impact potentiel des MOH sur la santé humaine varie largement; les MOH dits «aromatiques» peuvent agir comme des cancérigènes génotoxiques (c’est-à-dire qu’ils peuvent endommager l’ADN, le matériel génétique des cellules, et également provoquer le cancer), tandis que certains MOH «saturés» peuvent s’accumuler dans les tissus humains et induire des effets indésirables pour le foie. L’avis identifie certaines préoccupations potentielles liées à l’exposition à des MOH par l’intermédiaire de l’alimentation. Les experts de l’EFSA soulignent cependant que des incertitudes existent concernant la composition chimique des mélanges de MOH auxquels est exposé l’homme et la grande variété des sources d’exposition humaine. Par ailleurs, de nouvelles informations relatives au manque de pertinence toxicologique pour l’homme de précédentes études réalisées sur des animaux justifient un réexamen des doses journalières acceptables (DJA) provisoires pour certains MOH «saturés» présents dans des produits alimentaires spécifiques.

Les MOH comprennent un groupe diversifié de mélanges d’hydrocarbures contenant des milliers de composés chimiques de différentes structures et tailles, dérivés principalement du pétrole brut, mais qui sont également produits par synthèse à partir du charbon, du gaz naturel et de la biomasse. La composition chimique de la majorité des mélanges MOH n’est pas connue et varie en général d’un lot à l’autre; les spécifications sont souvent exprimées en termes de viscosité ou d’«épaisseur», par rapport aux applications des produits et non pas en termes de composition chimique. Ces mélanges hautement complexes ont une grande variété d’utilisations industrielles et domestiques. Il existe plusieurs sources possibles de MOH dans l’alimentation: principalement des matériaux d’emballages alimentaires, des additifs alimentaires, des auxiliaires technologiques et des contaminants environnementaux, tels que des lubrifiants.

Les experts du groupe scientifique de l’EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire (groupe CONTAM) ont identifié deux types principaux de MOH importants pour la sécurité des aliments: des hydrocarbures saturés et des hydrocarbures aromatiques. Le groupe scientifique CONTAM a procédé à une évaluation de l’exposition des consommateurs aux MOH, y compris l’exposition ambiante ou à de faibles niveaux dans les aliments. Selon les données disponibles, de faibles niveaux de MOH saturés étaient présents dans tous les groupes d’aliments et quelques niveaux élevés ont été détectés dans des «pains et brioches» et dans des «céréales destinées à la consommation humaine» en raison de leur utilisation, respectivement comme agents anti-adhésifs et agents d’enrobage (utilisés pour rendre les céréales brillantes). La présence à la fois de MOH saturés et de MOH aromatiques (bien que les données soient plus limitées pour ces derniers) dans des aliments secs, notamment les mélanges pour pudding et les nouilles, peut être attribuée en partie à l’utilisation d’emballages en papier/carton recyclé. L’exposition d’origine alimentaire à des MOH saturés était plus élevée chez les jeunes consommateurs que chez les adultes et les personnes âgées.

En termes de risques associés à l’exposition aux MOH présents dans les aliments, le groupe scientifique CONTAM a conclu qu’il pouvait y avoir une inquiétude pour certains consommateurs, en particulier les clients qui sont fidèles à une marque ou qui achètent souvent le même produit alimentaire dans le même magasin peuvent être exposés de façon régulière à des aliments présentant des niveaux plus élevés de MOH.

Bien que l’établissement de nouvelles valeurs recommandées fondées sur la santé pour les produits contenant des MOH utilisés comme additifs alimentaires ne relevait pas du présent avis, le groupe scientifique CONTAM a estimé que l’avis constituait une base appropriée pour réexaminer les DJA provisoires groupées pour certains MOH de viscosité basse ou moyenne et destinés à un usage alimentaire. Ces produits MOH ont déjà été évalués par l’ancien comité scientifique de l’alimentation humaine (SCF) et par le comité mixte FAO/OMS d’experts en additifs alimentaires (JECFA) et ils sont actuellement en cours de réévaluation par le JECFA. De récentes informations prises en considération dans le présent avis indiquent que l’accumulation de MOH saturés dans les ganglions lymphatiques que l’on peut observer dans l’intestin d’animaux de laboratoire serait moins importante pour la santé humaine que ce qui avait été estimé au moment où ces DJA de groupe provisoires avaient été fixées. Le groupe CONTAM a considéré que la révision des DJA pour les MOH de viscosité élevée constituait une faible priorité.

Concernant le risque associé à l’exposition à des MOH aromatiques — qui sont à la fois génotoxiques et cancérigènes — le groupe scientifique CONTAM n’a pas été en mesure d’exprimer ce risque en termes quantitatifs, en raison de l’insuffisance des informations relatives à la fois à l’exposition et à la toxicologie. Au vu des propriétés cancérigènes de ce type de MOH, le groupe scientifique a considéré que l’exposition à ce type de MOH était potentiellement préoccupante.

L’avis de l’EFSA contient également une série de recommandations visant à améliorer les méthodes d’analyse, de collecte et de surveillance des données, ainsi que des indications pour établir les priorités futures possibles en matière de recherche scientifique portant sur les MOH.

Le groupe scientifique de l’EFSA sur les matériaux en contact avec les aliments, les enzymes, les arômes et les auxiliaires technologiques a fourni des éléments étayant les sections de l’avis traitant de la présence de MOH dans les matériaux en contact avec les aliments et de l’exposition par l’intermédiaire d’aliments emballés dans du papier recyclé.


Notes aux éditeurs:

La dose journalière acceptable (DJA) est la quantité d’une substance qui peut être consommée de façon quotidienne pendant toute la durée d’une vie sans risque appréciable pour la santé.
Le comité scientifique de l’alimentation humaine (SCF) était l’ancien comité scientifique de l’Union européenne, avant la création de l’EFSA en 2002. Le comité mixte FAO/OMS d’experts en additifs alimentaires (JECFA) fournit des conseils scientifiques d’experts indépendants à la commission du Codex Alimentarius et à ses comités spécialisés.

En 2009, le groupe scientifique de l’EFSA sur les additifs alimentaires et les sources de nutriments ajoutés aux aliments a publié un avis scientifique sur la sécurité des huiles minérales blanches de viscosité élevée (HVMO – high-viscosity white mineral oils) utilisées en tant qu’additifs alimentaires et il a établi une dose journalière acceptable (DJA) de 12 mg/kg de poids corporel par jour.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu