L’EFSA fournit à Séralini et al. des données sur le maïs GM NK603

Nouvelle
22 octobre 2012

À la suite d’une demande écrite envoyée par le professeur Gilles-Eric Séralini, aujourd’hui l’EFSA a donné au chercheur l’accès à toutes les données disponibles en relation avec l’évaluation réalisée par l’Autorité sur le maïs génétiquement modifié (GM) NK603 en 2003 et 2009.

L’EFSA a fourni ces données dans le cadre d'une procédure courante de communication des informations connue sous le nom de demande d’accès public aux documents. Afin de fournir la plus grande quantité de matière possible, l'accès a été accordé aux données évaluées par l'EFSA dans son avis 2009, qui comprend également des ensembles de données utilisées pour l'avis de 2003. En ce qui concerne le dossier relatif au maïs NK603, l'accès public a déjà été accordé à six reprises à diverses parties.

La demande de données est intervenue après l’examen initial réalisé par l’EFSA sur un article par Séralini et al. qui soulevait des préoccupations au sujet de la toxicité potentielle du maïs génétiquement modifié NK603 et d'un herbicide contenant du glyphosate. L'évaluation par l'Autorité de la publication de Séralini et al. a été entreprise à la demande de la Commission européenne. Lors de cet examen préliminaire, l’EFSA avait conclu que la conception, le système de rapport des données et l'analyse de l'étude, tels que décrits dans le document, étaient inadéquats et que, sous sa forme actuelle, la publication était d'une qualité scientifique insuffisante pour être considérée comme valide dans le cadre de l'évaluation des risques.

La mission de l'EFSA étant d'examiner tous les développements scientifiques susceptibles d’affecter ses évaluations des risques afin de protéger la santé des consommateurs, l’Autorité a invité Séralini et al. à lui communiquer des informations additionnelles sur la documentation et les procédures utilisées dans l'étude.  À ce stade, L'EFSA n'a pas demandé à ce que les données brutes de l’étude lui soit communiquées étant donné que les lacunes identifiées dans l’article étaient liées à des questions de fond telles que la méthodologie et la conception.

L'Autorité a réitéré sa demande précédente dans laquelle elle sollicitait de plus amples informations dans des lettres envoyées au professeur Séralini les 4 et 18 octobre 2012. À ce jour, l'EFSA n'a reçu aucune documentation de la part des auteurs de la publication de Séralini et al.

L'EFSA souhaite obtenir ces informations supplémentaires dans le cadre de la deuxième étape de son processus d'évaluation. Cette phase inclura également une synthèse des évaluations réalisées par les États membres de l'UE ainsi qu’une analyse menée par les autorités allemandes responsables de l'évaluation du glyphosate. La publication de l'évaluation finale de l’EFSA est programmée pour les prochaines semaines.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu