Pesticides et santé des abeilles: l’EFSA examine les connaissances scientifiques les plus récentes

Nouvelle
23 mai 2012

L’EFSA a publié un bilan des connaissances scientifiques les plus avancées concernant les risques associés aux pesticides pour les abeilles communes, les bourdons et les abeilles solitaires. Il s’agit d’une étude majeure qui servira de base à l’élaboration d’orientations spécifiques pour l’évaluation des risques potentiels liés à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques pour les abeilles. Ces orientations fourniront des conseils actualisés aux entités impliquées dans l’évaluation des produits phytopharmaceutiques et de leurs substances actives, notamment l’industrie et les autorités publiques.

L’avis publié ce jour sur les éléments scientifiques qui étayeront les orientations a été demandé par la Commission européenne. Il répond aux inquiétudes croissantes des députés européens et des associations d’apiculteurs concernant la pertinence du système actuel d’évaluation des risques. Il s’inscrit également dans le cadre de la réponse coordonnée de l’EFSA au déclin des populations d’abeilles communes, des abeilles sauvages et des autres polinisateurs en Europe.

Le groupe scientifique de l’EFSA sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus (PPR) est parti du principe que pour concevoir des procédures efficaces d’évaluation des risques environnementaux, il est crucial de savoir ce qu’on veut protéger, où et sur quelle période. Il a noté que les abeilles jouent un rôle précieux en tant que polinisateurs, contribuent à la biodiversité et fournissent des produits apicoles tels que le miel et la gelée royale (en ce qui concerne les abeilles communes). Les experts scientifiques ont ensuite examiné quatre domaines clés en détail, comme suggéré par la Commission européenne:

  • les effets aigus et chroniques des pesticides sur les abeilles, en particulier leur survie et le développement des colonies;
  • les méthodes d’évaluation des effets à long terme associés à une exposition à de faibles concentrations;
  • la nécessité de prendre en compte les effets cumulés et combinés de différents pesticides;
  • les protocoles d’essais existants et de nouveaux protocoles potentiels qui tiennent compte de l’exposition des abeilles aux pesticides par le biais du nectar et du pollen.

Ce document propose deux systèmes d’évaluation distincts: l’un pour les abeilles communes et l’autre pour les bourdons et les abeilles solitaires. Dans la phase initiale, il est suggéré d’inclure des essais de toxicité couvrant une période d’exposition comprise entre sept et dix jours pour les abeilles adultes et les larves. Ces deux cycles de vie peuvent impliquer une exposition de plus d’un jour – un risque qui n’est pas couvert par les essais standard.

Les experts de l’EFSA sur les pesticides recommandent également de perfectionner les procédures actuelles d’essais en laboratoire, en conditions semi-naturelles (cages, tunnels et tentes) et sur le terrain. Plusieurs voies d’exposition (exposition intermittente et prolongée des abeilles adultes, exposition par inhalation et exposition des larves) ne font pas l’objet d’essais en laboratoire à l’heure actuelle et les effets de doses «sublétales» de pesticides ne sont pas complètement couverts.

Dans les essais en conditions semi-naturelles et naturelles, les experts ont identifié plusieurs faiblesses qui engendrent des incertitudes quant à l’exposition réelle des abeilles communes. Ils soulignent la nécessité d’améliorer les méthodes de détection de la mortalité des abeilles, l’observation des effets sublétaux et l’analyse statistique des résultats des essais.

L’utilisation de pesticides est largement citée comme l’un des facteurs potentiels contribuant au déclin des populations d’abeilles dans certaines régions du monde – aux côtés d’autres causes telles que les maladies, les parasites, le changement climatique et d’autres facteurs environnementaux, ainsi que les effets des organismes génétiquement modifiés. Ce déclin est une source d’inquiétudes en raison du fait que les abeilles, en particulier les abeilles communes, jouent un rôle majeur dans la pollinisation de nombreuses plantes cultivées et plantes sauvages. Selon les estimations, la production de quelque 80 % des 264 espèces cultivées dans l’Union européenne dépend directement des insectes polinisateurs, essentiellement les abeilles, et la valeur monétaire annuelle mondiale de la pollinisation est estimée à plusieurs milliards de dollars.

Étant donné l’importance des abeilles dans l’écosystème et dans la chaîne alimentaire ainsi que les multiples services qu’elles rendent aux humains, leur protection est essentielle. L’EFSA a un rôle important à jouer dans la survie des abeilles car l’Autorité est mandatée pour améliorer la sécurité des aliments dans l’UE, préserver la santé et le bien-être des animaux et garantir un niveau élevé de protection des consommateurs.

Les experts scientifiques de l’EFSA mettent actuellement au point un programme de travail spécifique et coordonné sur les abeilles en relation avec les pesticides, la santé des animaux et des plantes et les organismes génétiquement modifiés. L’Autorité réalise également à l’heure actuelle une analyse des lacunes existantes en matière d’évaluation des risques et de collecte de données et identifiera les domaines nécessitant des recherches supplémentaires. Les experts en pesticides de l’EFSA élaborent également une déclaration sur deux articles publiés récemment dans la revue Science qui suggèrent l’existence de liens entre les néonicotinoïdes et la survie des colonies d’abeilles.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu