L’EFSA évalue la sécurité du lycopène dans les denrées alimentaires

L’EFSA a été invitée à évaluer la sécurité du colorant rouge alimentaire lycopène provenant de toutes les sources alimentaires, en prenant en considération à la fois sa présence naturelle dans les fruits et légumes et l’utilisation du lycopène en tant qu’additif alimentaire. Le groupe AFC [1] de l’EFSA a établi pour le lycopène une dose journalière admissible (DJA) de 0,5 mg par kilogramme de poids corporel par jour, pour toutes les sources. Il a toutefois signalé que les grands consommateurs de denrées alimentaires contenant du lycopène dans certains groupes de la population, comme les enfants d’âge préscolaire et scolaire, peuvent dépasser la DJA. Les boissons non alcoolisées aromatisées constituent la source de lycopène potentielle la plus importante. Cet avis aidera également le groupe NDA[2] de l’EFSA dans ses évaluations en cours, qui devraient être adoptées au printemps 2008, concernant l’utilisation du lycopène en tant que nouvel ingrédient alimentaire. 

De précédentes évaluations du lycopène et de sa consommation dans l’Union européenne n’avaient pris en compte que l’exposition au lycopène ajouté délibérément à des denrées alimentaires et n’incluaient pas le lycopène présent naturellement dans des denrées alimentaires telles que les tomates et d’autres fruits et légumes. Le groupe scientifique a examiné la quantité totale de lycopène qui pourrait être ingérée en toute sécurité par les consommateurs. Pour la majorité des consommateurs, les apports de lycopène de toutes les différentes sources se situaient dans les limites de la DJA de 0,5 mg par kilogramme de poids corporel par jour (y compris la consommation de lycopène provenant de sources naturelles comme les tomates). Cependant, le groupe scientifique a noté que dans certains cas, la DJA peut être dépassée par de grands consommateurs de denrées alimentaires contenant du lycopène de certains groupes de la population, comme les enfants d’âge préscolaire et scolaire.

Le groupe scientifique a conclu que l’utilisation du lycopène en tant que colorant alimentaire accroît significativement la consommation globale de lycopène. Les boissons non alcoolisées aromatisées constituent la source de lycopène potentielle la plus importante dans tous les groupes de la population, contribuant jusqu’à hauteur de 66% à la consommation totale de lycopène chez les hommes adultes et de plus de 90% chez les enfants d’âge préscolaire.

Le lycopène appartient à la famille des caroténoïdes et est naturellement présent dans les tomates (y compris dans les produits à base de tomate, comme les ketchups et les purées de tomate), les légumes et d’autres fruits tels que la pastèque, le pamplemousse rose et la papaye. Le lycopène est également autorisé comme colorant alimentaire (E 160d) et peut être ajouté à des denrées alimentaires et à des boissons, comme les boissons non alcoolisées aromatisées, les fruits en conserve, les confiseries, les sauces, les confitures et les gelées.

De plus, dans le cadre du règlement relatif aux nouveaux aliments, le groupe NDA de l’EFSA procède actuellement à une évaluation d’utilisations alimentaires du lycopène nouvellement proposées. Deux avis sur l’oléorésine riche en lycopène extraite de la tomate et sur le lycopène de synthèse en tant que nouveaux aliments seront probablement adoptés par le groupe NDA au printemps 2008.

[1] Groupe scientifique sur les additifs alimentaires, les arômes, les auxiliaires technologiques et les matériaux en contact avec les aliments.
[2] Groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies.