Zoonoses d’origine non alimentaire

Les zoonoses sont des infections ou des maladies pouvant se transmettre directement ou indirectement entre les animaux et les humains.

Les zoonoses se transmettent entre les animaux et les humains de différentes façons et souvent une même infection peut également se transmettre de plusieurs manières. Certaines zoonoses chez l’homme sont principalement dues à la consommation d’aliments ou d’eau de boisson contaminés et incluent par exemple la salmonellose et la listériose. D’autres zoonoses sont essentiellement transmises à l’homme par d’autres voies que celle des aliments, notamment:

  • par des vecteurs, c’est-à-dire des organismes vivants qui transmettent les agents infectieux d’un animal infecté à un être humain ou à un autre animal. Les vecteurs sont souvent des arthropodes, tels que moustiques, tiques, mouches, puces et poux, et peuvent transmettre des maladies comme le paludisme, la maladie due au virus de Nil occidental et la maladie de Lyme;
  • par contact direct ou proximité étroite avec des animaux infectés. Les maladies transmissibles essentiellement de cette manière à d’autres animaux ou à des humains sont les suivantes:
    • la grippe aviaire , qui est une maladie virale sévissant chez les volailles et d’autres oiseaux. Les porcs peuvent également être porteurs de ce virus, ainsi que d’autres virus de la grippe. La grippe aviaire touche principalement les oiseaux mais on a observé des cas de virus transmis à l’homme et à d’autres animaux par contact étroit avec des oiseaux infectés;
    • la fièvre Q , qui est une maladie causée par la bactérie Coxiella burnetii touchant les animaux et les humains. Sa présence a été signalée chez un grand nombre d'espèces, notamment chez les vaches, les moutons et les chèvres, ainsi que chez des oiseaux et des arthropodes. L’infection de l’homme résulte essentiellement de l’inhalation de poussières contaminées par des bactéries présentes dans le placenta et des fientes d’oiseaux ou des matières fécales d’animaux infectés. D’autres modes de transmission, par exemple par de l’eau contaminée ou des excréments d’arthropodes infectés sont rares;
    • l’infection par une souche particulière de la bactérie Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) (CC398), qui peut se transmettre par contact avec des animaux vivants;
    • les infections à Salmonella pouvant avoir pour origine un contact avec des reptiles et des amphibiens infectés, comme des reptiles de compagnie, des iguanes et des grenouilles, ou avec leur environnement;
    • les infections par des bactéries Escherichia coli (E. coli) productrices de vérotoxines, qui peuvent se contracter par contact avec des animaux de ferme infectés.
  • Ces maladies peuvent aussi se transmettre par l’environnement, par exemple en cas de présence de bactéries E. coli productrices de vérotoxines dans une eau de piscine contaminée.

Plusieurs acteurs clés de l’Union européenne (UE) travaillent ensemble pour réduire cette menace pour la santé publique:

  • les institutions de l’UE, en collaboration avec les États membres de l’UE, développent des mesures de contrôle et la législation,
  • des organismes scientifiques, tels que l’EFSA et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) analysent les données collectées par les États membres de l’UE et évaluent les risques pour la santé humaine et animale.

Rôle de l’EFSA

L’ESFA a pour rôle principal d’évaluer les risques associés à la chaîne alimentaire dans l’UE, afin d’assurer un haut niveau de protection des consommateurs et de santé animale. L’assistance et les conseils scientifiques indépendants de l’EFSA relatifs aux aspects des zoonoses liés à la sécurité des aliments et à la santé des animaux, s’appuyant sur des données collectées dans les États membres, aident les preneurs de décisions européens à définir des politiques et à prendre des décisions visant à protéger les consommateurs dans l’Union européenne. 

L’EFSA fournit des conseils scientifiques indépendants: 

  • en collectant et analysant des données permettant d’assurer une surveillance des risques en collaboration avec l’ECDC concernant les microorganismes zoonotiques chez l’homme, dans des populations animales, dans des denrées alimentaires et des aliments pour animaux, ainsi que des données sur les foyers de toxi-infections alimentaires;
  • en évaluant, tout au long de la chaîne alimentaire, les risques pour la santé humaine et aussi pour la santé animale, et en formulant des recommandations pour la prévention et la réduction des zoonoses d’origine alimentaire.

   

L’EFSA analyse les données de surveillance sur les zoonoses, les microorganismes zoonotiques, la résistance aux antimicrobiens, les contaminants microbiologiques et les foyers de toxi-infections alimentaires dans toute l’Europe. L’Autorité est assistée dans sa tâche par la task force «Collecte de données sur les zoonoses»: un réseau paneuropéen constitué de représentants nationaux des États membres de l’UE, d’autres pays rapporteurs, ainsi que de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE). L’unité conseille également les autorités nationales sur la manière de mener des activités de surveillance et de signalement des zoonoses, des foyers de toxi-infections alimentaires et de la résistance aux antimicrobiens.

L’EFSA produit des rapports d’enquêtes de référence sur la prévalence dans l’UE de microorganismes zoonotiques dans les aliments et dans des populations animales spécifiques. Les résultats sont utilisés par les évaluateurs des risques, comme le groupe scientifique sur les dangers biologiques (groupe scientifique BIOHAZ), pour fournir des estimations des risques, et également par les gestionnaires des risques, pour les aider à fixer des objectifs de réduction pour les zoonoses dans la chaîne alimentaire et pour surveiller les progrès effectués dans la réalisation de ces objectifs.

L’EFSA délivre des avis scientifiques sur les aspects des zoonoses d’origine non alimentaire liés à la santé des animaux et, dans certains cas, sur l’impact possible sur la santé publique. Le groupe scientifique de l’EFSA sur la santé et le bien-être des animaux (groupe scientifique AHAW) a évalué, entre autres, les risques présentés par la grippe aviaire et la fièvre Q et il a délivré des avis sur d’éventuelles options de contrôle et d’atténuation des risques. D’autres groupes scientifiques de l’EFSA, comme le groupe scientifique sur les dangers biologiques, peuvent également participer aux travaux scientifiques liés aux zoonoses d’origine non alimentaire.

Sur la base des données collectées par les États membres de l’UE, l’EFSA en charge de la surveillance biologique produit, en coopération avec l’ECDC, des rapports de synthèse communautaires annuels sur les zoonoses et les foyers de toxi-infections alimentaires, assurant ainsi la surveillance de l’évolution de la situation en Europe.

Cadre de l’UE

Activités de l’EFSA

Principaux travaux en cours

Des informations sur les travaux scientifiques en cours concernant différentes zoonoses d’origine non alimentaire sont disponibles dans des dossiers spécifiques:

  • Latest Updates
  • Actualités (8)
  • Publications (33)
Dernière mise à jour: 26 avril 2013