L’EFSA lance une consultation publique sur les tests de génotoxicité

Nouvelle
20 avril 2011

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a lancé une consultation publique sur un projet d’avis de son comité scientifique concernant les stratégies suivies pour réaliser les tests de génotoxicité[1] sur des substances utilisées dans l’alimentation humaine et animale. Ce projet d’avis facilitera l’identification des substances qui endommagent le matériel génétique (ADN) des cellules et qui sont susceptibles de contribuer au développement de maladies chroniques telles que le cancer et des maladies héréditairement transmissibles[2]. Tous les partenaires et les parties intéressées sont invités à faire part de leurs commentaires dans le cadre d’une consultation publique en ligne avant le 31 mai 2011.

Cet avis, qui constitue une initiative du comité scientifique de l’EFSA, entre dans le cadre des efforts fournis par l’Autorité afin de garantir que ses évaluations des risques soient toujours à la pointe du progrès. Il contribuera à fournir des informations pour évaluer les risques associés aux substances utilisées dans la chaîne alimentaire humaine et animale et contribuera à améliorer l’harmonisation des approches en matière de tests de génotoxicité sur lesquels se basent les groupes scientifiques de l’EFSA[3] pour évaluer les risques.

Dans cet avis, les experts de l’EFSA ont examiné les connaissances scientifiques les plus récentes sur les tests de génotoxicité au niveau européen et international. Les aspects les plus variés ont été pris en compte, notamment : l’expérience actuelle qu’on possède sur la combinaison de tests ayant différents niveaux de sensibilité et de prédictibilité, les lignes directrices ou les protocoles de test reconnus à l’échelle internationale, et les orientations sur l’utilisation de tests effectués in vivo en tenant compte de la nécessité d’éviter les études non indispensables sur l’animal. 

L’avis stipule que, pour procéder à une évaluation adéquate du potentiel génotoxique d’une substance, il est nécessaire d’évaluer les mutations génétiques, les altérations chromosomiques en structure et en nombre, étant donné qu’il est notoire que l’ensemble de ces aspects sont impliqués dans la carcinogenèse et le développement des maladies héréditairement transmissibles. Pour couvrir adéquatement tous ces aspects, les experts recommandent de réaliser en premier lieu deux tests in vitro suivis, si nécessaire, de tests in vivo. Une description détaillée des tests recommandés par le comité scientifique de l’EFSA est fournie dans le projet de document.

Pour finaliser son avis, le comité scientifique tiendra compte de tous les commentaires reçus au cours de la consultation publique. Un rapport de synthèse sera publié sur le site internet de l’EFSA avec l’avis final qui devrait être terminé cet automne.


Notes aux éditeurs:

L’analyse de la génotoxicité est une composante clé de l’évaluation des risques associés aux composés chimiques d’une manière générale, notamment ceux qui sont utilisés dans l’alimentation humaine et animale. Pour mettre son approche au point, le comité scientifique a pris en compte d’autres projets nationaux et internationaux dans ce domaine (comme ceux de l’OMS ainsi que le document d’orientation préparé pour REACH – le règlement européen sur les composés chimiques et leur sécurité d’utilisation.)

Le comité scientifique de l’EFSA apporte son concours aux activités des groupes scientifiques de l’EFSA sur des questions scientifiques de nature horizontale et il est responsable de la coordination générale visant à garantir la cohérence des avis scientifiques préparés par les groupes scientifiques. Le comité scientifique se focalise sur le développement de méthodologies d’évaluation des risques harmonisées dans des domaines pour lesquels une méthode n’a pas encore été définie à l’échelle de l’UE.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu


[1] La génotoxicité est la capacité d’une substance à altérer le matériel génétique (ADN) des cellules, et qui peut avoir des conséquences négatives pour la santé humaine.
[2] Les maladies héréditairement transmissibles sont causées par une lésion à l’ADN dans l’ovule ou les spermatozoïdes des parents, qui est ensuite transmis à la descendance.
[3] Unités et groupes scientifiques