L’EFSA publie son deuxième rapport annuel sur les résidus de pesticides dans les aliments

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié son rapport annuel sur les résidus de pesticides, qui fournit une vue d’ensemble des résidus de pesticides dans l'alimentation[1] observés dans l’Union européenne (UE) pendant l'année 2008[2] et qui évalue l’exposition des consommateurs européens à ces résidus par l’intermédiaire de leur régime alimentaire. Le rapport indique que 96,5 % des échantillons analysés sont conformes aux limites maximales de résidus (LMR) de pesticides autorisés dans les produits alimentaires dans l’UE.

Le rapport constate que 3,5 % de l’ensemble des échantillons analysés dépassent les limites maximales de résidus légales; en 2007, 4,2 % des pesticides dépassaient les LMR légales. Au total, plus de 70.000 échantillons provenant de près de 200 types d’aliments différents ont été analysés du point de vue de leur teneur en résidus de pesticides. Les méthodes de surveillance utilisées par les États membres de l’UE permettent de détecter jusqu’à 862 pesticides différents.

 

Niveaux de résidus et exposition

Davantage de pesticides dépassant les LMR ont été observés dans des aliments importés de pays hors UE (7,6 %), que dans des échantillons provenant de l’UE (2,4 %). Selon les résultats issus du programme coordonné de l’UE sur les pesticides – conçu pour collecter des données comparatives dans tous les États membres – le pourcentage d’échantillons exempts de résidus de pesticides a augmenté par rapport aux années précédentes. En 2008, aucun résidu de pesticide n’a été détecté dans 62,1 % des échantillons testés, alors que dans les années 2005 à 2007, 52,7 % à 58,0 % des échantillons ne contenaient pas de résidus de pesticides mesurables.

Parmi les 2.062 échantillons d’aliments pour bébés, 76 contenaient des traces de pesticides et la limite légale était dépassée dans seulement 4 échantillons (0,2 %). La législation européenne dans ce domaine est très restrictive et n’autorise pas plus de 0,01 mg/kg pour chaque résidu de pesticide individuel.

En ce qui concerne les produits biologiques, les LMR ont été dépassées dans 0,9 % des échantillons analysés. La législation de l’UE n’autorise l’emploi que d’un nombre très limité de pesticides pour la production d’alimentation biologique. Il n’existe pas de LMR spécifiques pour les produits biologiques, les LMR applicables sont les mêmes que pour les produits conventionnels.

L’unité « Examen par des pairs de l’évaluation des risques associés aux pesticides » de l’EFSA (unité PRAPeR), qui a élaboré le rapport, précise que la présence de pesticides dans les aliments, voire dans de nombreux cas le dépassement d’une LMR, ne doit pas nécessairement susciter d’inquiétude quant à la sécurité de l’aliment. Pour évaluer le risque pour les consommateurs, l’EFSA a estimé l’exposition chronique (à long terme) aux pesticides présents dans des aliments majeurs constituant le régime alimentaire des Européens[3] et l’exposition aiguë (à cour terme) pour neuf types de cultures qui ont fait l’objet d’une surveillance en 2008 dans le cadre du programme coordonné de l’UE[4]. Dans les deux cas, l’EFSA a adopté une approche de précaution, en utilisant des hypothèses prudentes pour estimer l’exposition aux pesticides.

Concernant l’évaluation de l’exposition à long terme, l’EFSA a conclu qu’aucun des pesticides évalués ne suscitait d’inquiétude pour la santé. Pour l’évaluation de l’exposition aiguë, l’EFSA a fait l’hypothèse selon laquelle des personnes consommeraient de grandes portions d’aliments contenant les niveaux de pesticides les plus élevés enregistrés. Dans ce scénario le plus défavorable, l’EFSA a déclaré que pour 35 combinaisons pesticides/aliments, un risque potentiel pourrait se présenter mais seulement dans de rares cas[5].

Dans le rapport, l’EFSA formule plusieurs recommandations pour améliorer les programmes futurs de surveillance des pesticides.

Le rapport annuel sur les résidus de pesticides

____________________________________________________________________
Notes aux éditeurs

Les limites maximales de résidus (LMR) sont les niveaux supérieurs légaux de concentration de résidus de pesticides dans ou sur des aliments destinés à l’alimentation humaine et animale. Elles sont basées sur de bonnes pratiques agricoles et requièrent que les pesticides autorisés soient utilisés au plus bas niveau nécessaire à une protection efficace des végétaux. Avant qu’une LMR puisse être établie, elle doit être soumise à une évaluation des risques afin de garantir la sécurité des consommateurs.

Les résultats présentés dans le présent rapport ne sont pas totalement comparables à ceux figurant dans le rapport de 2007, en particulier en raison d’un changement important dans la législation de l’UE relative aux pesticides, intervenu en 2008. Depuis le 1er septembre 2008, les LMR pour toutes les substances actives utilisées dans des produits phytopharmaceutiques susceptibles d’entrer dans la chaîne alimentaire ont été harmonisées au niveau de l’UE. Avant l’harmonisation, il existait un système mixte, dans lequel des LMR pour environ 250 substances étaient harmonisées pour l’ensemble de l’UE, tandis que des LMR nationales s’appliquaient pour les substances restantes.

L’unité d’examen par les pairs de l’évaluation des risques associés aux pesticides, l’unité PRAPeR, est chargée d’évaluer les LMR pour les pesticides au moyen d’une évaluation complète de l’exposition des consommateurs et de tout effet potentiel sur la santé pouvant résulter de toutes les utilisations prévues de la substance dans des alimentes destinés à la consommation humaine et animale. L’EFSA vérifie si les niveaux d’exposition sont sûrs pour tous les groupes de consommateurs, y compris les plus vulnérables, comme les jeunes enfants, les personnes âgées et les végétariens.

Des informations complémentaires sur les activités de l’unité PRAPeR de l’EFSA dans le domaine des produits et substances phytopharmaceutiques

Cadre juridique relatif aux résidus de pesticides dans les aliments applicable à partir du 1er septembre 2008
 

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter:
Ian Palombi, attaché de presse ou
Steve Pagani, responsable du service presse
Tél: +39 0521 036149
Courriel: Press [at] efsa.europa.eu

 

[1] Couvrant les fruits, les légumes et les céréales.
[2] Le rapport concerne les 27 États membres de l’UE ainsi que la Norvège et l’Islande.
[3] Produits alimentaires issus de 20 à 30 cultures (fruits, légumes et céréales), qui sont des composants majeurs du régime alimentaire des Européens (p. ex. le blé, les pommes, les oranges, les pommes de terre, les tomates). La surveillance des résidus de pesticides dans ces cultures de produits alimentaires fournit une base représentative pour l’évaluation de l’exposition aux résidus de pesticides par l’intermédiaire du régime alimentaire.
[4] Les cultures concernées sont les suivantes: haricots sans les cosses, carottes, concombres, mandarines, oranges, poires, pommes de terre, riz et épinards.
[5] Une combinaison pesticide/aliment désigne l’utilisation d’un pesticide spécifique pour un aliment donné, comme le riz, les carottes ou les poires.

Media contacts

Relations Médias EFSA 
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu