L’EFSA rend un avis scientifique sur la prolifération de l’ambroisie à feuilles d’armoise

L’EFSA a publié un avis scientifique sur les effets possibles pour la santé publique, la santé animale et l’environnement de la prolifération croissante d’herbes de l’espèce Ambrosia (y compris l’Ambrosia artemisiifolia, ou ambroisie à feuilles d’armoise)[1] dans l’Union européenne. À la demande de la Commission européenne, l’avis examine en particulier le rôle des aliments pour animaux, notamment des graines pour oiseaux, dans la prolifération de ces herbes.

En voici les principales conclusions[2]:

  • Chez l’être humain, les principaux effets indésirables pour la santé provoqués par les plantes de l’espèce Ambrosia sont des symptômes allergiques, tels que goutte au nez, conjonctivite et asthme, induits par inhalation de leur pollen. Les allergies cutanées et alimentaires constituent un problème relativement mineur. Les plantes de l’espèce Ambrosia sont également susceptibles de sensibiliser à d’autres allergènes.
  • Certaines données ont permis d’établir que des animaux, en particulier les chevaux, peuvent être allergiques au pollen d’Ambrosia.
  • Aucune preuve directe n’a permis d’établir qu’Ambrosia puisse conduire à la disparition d’autres espèces végétales. Toutefois, des éléments semblent indiquer qu’Ambrosia artemisiifolia pourrait devenir hautement envahissante dans certains habitats ; par conséquent, d’autres études écologiques sont nécessaires dans ce domaine.
  • Les graines destinées aux oiseaux sauvages et d’ornement contiennent souvent des quantités significatives de graines d’Ambrosia et pourraient jouer un rôle important dans l’introduction de plantes d’Ambrosia dans des régions jusqu’alors non infestées. En revanche, la contribution des aliments commercialisés pour animaux d’élevage à la prolifération d’Ambrosia est négligeable puisque les graines sont détruites en cours de traitement.

Ambrosia artemisiifolia est surtout présente sur les terrains en friche et les terres agricoles. Elle peut se propager naturellement ou être transportée par les animaux (par exemple, par des déjections d’oiseaux) ou par l’intermédiaire de l’activité humaine (par exemple, lors du transport ou du mouvement de sols contaminés).

Des procédures de nettoyage peuvent réduire l’étendue de la contamination des graines pour oiseaux par les graines d’Ambrosia. Afin de limiter la prolifération des plantes d’Ambrosia, l’avis recommande que de telles techniques soient mises au point pour toutes les graines utilisées dans l’alimentation des oiseaux.

Toutefois, l’avis précise que les informations disponibles ne permettent pas de déterminer l’importance relative des aliments pour oiseaux par rapport à d’autres voies de dissémination.

[1] Les plantes de l’espèce Ambrosia, qui appartient à la famille des Astéracées, sont présentes dans le monde entier. Ambrosia artemisiifolia (l’ambroisie à feuilles d’armoise) est l’espèce d’Ambrosia la plus commune en Europe et elle est très répandue dans plusieurs régions, dont la vallée du Rhône en France, le nord de l’Italie et l’Europe du Sud-est (Bulgarie, Hongrie, sud de la Russie et Ukraine).
[2] L’avis a été élaboré par le groupe d’experts scientifiques de l’EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire (groupe CONTAM), avec le concours du groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (NDA) et du groupe scientifique sur la santé des plantes (PLH).

Contacter l’EFSA
Si vous êtes journaliste/représentant médias, veuillez contacter le service relations médias de l’EFSA. Dans le cas contraire, veuillez contacter le service Ask EFSA.

Contact presse

Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu

Autres types de requêtes

Service Ask EFSA