Sélection et utilisation des éléments de preuve: rigueur et harmonisation optimisées à l’EFSA

Un nouveau rapport a été publié pour améliorer encore davantage les méthodes utilisées par l'EFSA pour traiter les données et les éléments probants dans ses évaluations scientifiques, et apporter un nouvel éclairage sur la façon dont l'Autorité développe ses productions scientifiques.

«Grâce à cette approche, nous améliorons l’homogénéité, dans tous les secteurs de travail de l'EFSA, des étapes suivies pour sélectionner les éléments de preuve et de la manière dont nous décidons quelles preuves sont utilisées – et lesquelles ne le sont pas. Il sera ainsi plus facile de savoir comment les éléments probants contribuent à l'évaluation finale et comment nous rendons compte de l'ensemble du processus et des résultats », a déclaré le Dr Marta Hugas, chef du département Évaluation des risques et assistance scientifique à l'EFSA.

Le nouveau rapport marque l'achèvement de la première étape de l’initiative de l’EFSA intitulée « Promouvoir des méthodes pour l'utilisation des éléments de preuve dans les évaluations scientifiques ». « Au bout du compte, cela permettra d'améliorer la qualité de notre travail scientifique et la communication des résultats aux décideurs, aux scientifiques et aux parties prenantes de l'EFSA » a ajouté le Dr Hugas.

Le rapport publié aujourd'hui met en avant l'impartialité, l'excellence (qualité méthodologique), la transparence, l'ouverture et la réactivité (adaptation aux besoins) en tant que principes directeurs de l'Autorité dans la sélection et l'utilisation des données probantes pour les évaluations scientifiques. Il détaille également chaque étape du processus nécessaire pour les mettre en œuvre:

  • Planification anticipée de la stratégie d'évaluation, avec définition des données pertinentes et de l'approche à adopter pour collecter, évaluer et intégrer ces données ;
  • Réalisation de l'évaluation scientifique conformément au plan, et indépendamment de toute connaissance préalable des résultats d’études disponibles ;
  • Vérification du processus, afin d'assurer la conformité avec le plan et les principes directeurs ;
  • Documentation et production d’un rapport sur chaque étape, y compris tout écart éventuel par rapport au plan initial.

Le directeur exécutif de l'EFSA, Bernhard Url, a salué cette approche comme un aspect important de la volonté de l'Autorité de se transformer en un Open EFSA: « En affirmant clairement ces principes et en définissant ce processus, l'EFSA améliore encore la qualité et la transparence de ses évaluations scientifiques ». Une planification initiale approfondie suivie par une mise en œuvre cohérente permettra « de faciliter le suivi de notre processus décisionnel et d'accroître la confiance à l’égard des conseils scientifiques de l'Agence », a-t-il conclu.

 

Bien qu'ils soient principalement destinés aux experts des groupes scientifiques de l’EFSA et à son personnel scientifique interne, les principes et les processus exposés dans ce rapport devraient aussi être appliqués par les organisations scientifiques externes qui effectuent des travaux pour le compte de l'EFSA. Ce cadre de travail pourrait également être appliqué par les évaluateurs des risques à travers toute l'Europe et même au-delà de ses frontières.

Un deuxième rapport contenant une analyse des méthodes de traitement des preuves appliquées par l'EFSA dans les évaluations scientifiques génériques et dans le domaine des produits réglementés est prévu pour fin 2016.

Un infographe facile à lire explique de façon simple comment cette nouvelle approche fonctionne en pratique:

TwitterShare this on Twitter

New infographic on promoting methods for evidence use