L’EFSA évalue le risque de transmission du virus Ebola par l’intermédiaire de la viande de brousse

Le potentiel d'introduction et de transmission d’Ebola par l’intermédiaire de viande de brousse illégalement importée en l'Europe depuis l’Afrique centrale et l’Afrique de l'Ouest est faible, déclarent les scientifiques de l'EFSA.

Le virus Ebola a été retrouvé dans de la viande de brousse, c’est-à-dire de la viande provenant d'animaux sauvages indigènes des forêts africaines, notamment des roussettes, des gorilles, des chimpanzés et des céphalophes (antilopes). L’importation de viande de brousse dans l’Union européenne n’est pas autorisée. A ce jour, il n'y a eu aucun cas signalé d’infection au virus Ebola suite à la manipulation, la préparation ou la consommation de viande de brousse illégalement importée dans l'UE.

Les scientifiques de l'EFSA concluent que le risque de transmission par l’intermédiaire de viande de brousse est faible pour plusieurs raisons. Même si la chasse et la découpe de viande de brousse comportent un risque élevé de transmission, ces pratiques sont considérées comme inexistantes en Europe. Par ailleurs, la consommation de viande de brousse dans l’UE est estimée comme peu importante. Enfin, bien que la viande de brousse soit couramment consommée en Afrique, le nombre de foyers épidémiques signalés sur place est relativement bas. Les experts avertissent cependant que, même si le potentiel d’introduction et de transmission est faible, les conséquences d’une éventuelle introduction du virus seraient graves pour la santé publique étant donné le niveau de mortalité élevé et la facilité de la transmission interhumaine.

Dans leurs recommandations, les experts signalent que la mesure la plus efficace pour prévenir la transmission du virus de l’Ebola en Europe par l’intermédiaire de la viande de brousse réside dans la prévention de toute importation illégale.

Les experts ont été confrontés à de nombreuses lacunes de connaissances dans leur évaluation des risques. Ils ne disposent par exemple d’aucune informations sur les niveaux de consommation dans l'UE, ou encore sur la façon dont la viande de brousse illégalement importée est manipulée, préparée et consommée en Europe. De même, les scientifiques ne savent pas pendant combien de temps le virus peut survivre dans la viande ou les produits animaux dérivés.

En dépit de ces incertitudes, les experts de l'EFSA ont conclu que la probabilité qu’un virus viable survive à un transport vers l'Europe serait plus élevée dans de la viande fraîche ou congelée faisant l’objet d’une durée de transport courte, et serait inférieure pour de la viande séchée ou fumée exposée à des températures élevées pendant le transport. Ils précisent également qu’une cuisson complète de la viande (à 100 ° C) permet d’éliminer le virus.

Dans un second rapport, l’EFSA se penchera sur les risques associés à des espèces animales susceptibles d’être porteuses du virus et sur les facteurs qui influent sur le risque de transmission de la maladie à l’homme.

À ce jour, 27 foyers épidémiques du virus d’Ebola ont été signalés en Afrique. Le foyer actuel qui s’est déclaré en Afrique de l’Ouest – touchant principalement la Guinée, le Liberia et le Sierra Leone – a été signalé pour la première fois à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en mars 2014. Entre décembre 2013 et octobre 2014, 13 703 cas (dont 4920 décès) ont été signalés par l’OMS. Pour en savoir plus sur le foyer épidémique actuel d’Ebola, nous vous invitons à consulter le site internet de l’ECDC.

Media contacts

Relations Médias EFSA 
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu