Le lait « de croissance »: l’EFSA déclare qu’il n’apporte pas de valeur supplémentaire à une alimentation équilibrée

L’utilisation de préparations à base de lait dites préparations «de croissance» n’apporte pas de valeur supplémentaire à une alimentation équilibrée pour répondre aux besoins nutritionnels des enfants en bas âge dans l’Union européenne, a déclaré l’EFSA. Les experts scientifiques de l’EFSA n’ont pas pu identifier de «rôle unique» pour les préparations destinées aux enfants en bas âge (communément appelées «laits de croissance») dans l’alimentation des jeunes enfants (âgés de 1 à 3 ans). Ils ont conclu qu’elles ne sont pas plus efficaces, en ce qui concerne l’apport en nutriments, que les autres aliments constituant le régime alimentaire normal des enfants en bas âge. Les résultats sont présentés dans l’avis scientifique rendu par l’EFSA à la demande de la Commission européenne sur les besoins nutritionnels et les apports alimentaires des nourrissons et des enfants en bas âge dans l’Union européenne.

Au cours de ces dernières années, de plus en plus de boissons lactées et produits similaires destinés aux jeunes enfants – étiquetés comme «lait de croissance» ou «lait pour enfants en bas âge» ou appellations similaires – ont été commercialisés dans des États membres. Les scientifiques et les parties intéressées ont des vues divergentes quant à la question de savoir si ces produits sont nécessaires pour répondre aux besoins nutritionnels des jeunes enfants. Contrairement aux préparations pour nourrissons et aux préparations de suite, les préparations pour enfants en bas âge ne sont pas encadrées par des règles spécifiques dans l’UE et la Commission examine s’il faut recommander des dispositions spéciales pour ces produits dans la législation future.

Le groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (groupe scientifique NDA) de l’EFSA a également été invité à donner un avis sur la manière dont les besoins nutritionnels des nourrissons et des enfants en bas âge évoluent au cours des trois premières années de la vie, et il a établi des niveaux de nutriments qu’il considère comme suffisants pour la majorité des nourrissons et des enfants en bas âge en bonne santé et de poids normal.

Pour les nourrissons jusqu’à l’âge de six mois, les experts ont fondé leurs calculs pour la plupart des nutriments sur leur teneur dans le lait maternel de mères en bonne santé et bien alimentées, qui n’utilisent pas de compléments alimentaires. Pour les nourrissons âgés de 6 à 12 mois et les jeunes enfants âgés d’un à trois ans, ils ont utilisé les valeurs nutritionnelles de référence (VNR) établies par le groupe scientifique NDA au cours des dernières années (telles que les VNR pour l’énergie, les protéines, les lipides et les glucides), et ils ont revu les valeurs de référence établies par le Comité scientifique de l’alimentation humaine en 1993, à la lumière de recommandations plus récentes faites par d’autres organismes scientifiques ou autorités compétentes. Le groupe scientifique a ensuite comparé les besoins moyens, ou les apports suffisants, aux quantités de nutriments habituellement consommées par les nourrissons et les enfants en bas âge dans l’ensemble de l’Europe.

Le groupe scientifique a constaté que les nourrissons et les enfants en bas âge ont des apports élevés en énergie, en protéines, en sel et en potassium, mais des apports faibles en fibres alimentaires. Les apports en protéines, en sel, en potassium et en fibres alimentaires ne se situent pas à des niveaux préoccupants, mais les apports en énergie, généralement élevés, peuvent contribuer à des augmentations défavorables du poids corporel. Les experts ont également conclu que les apports de toute une série de micronutriments, dont le calcium, le magnésium et la vitamine C, étaient probablement suffisamment élevés pour répondre aux besoins nutritionnels. Toutefois, la consommation d’acides gras oméga-3, de fer, de vitamine D et d’iode est faible (dans certains pays européens) chez les nourrissons et les enfants en bas âge.

Le groupe scientifique a noté qu’il conviendrait de prêter une attention particulière à assurer un apport suffisant en acides gras oméga-3, en fer, en vitamine D et en iode aux nourrissons et aux enfants en bas âge qui présentent ou risquent de présenter des insuffisances pour ces nutriments. Les préparations enrichies, y compris les préparations pour enfants en bas âge, constituent l’un des moyens d’augmenter ces apports; il existe cependant des alternatives efficaces, telles que le lait de vache enrichi, les céréales et aliments à base de céréales enrichis, des compléments ou l’introduction précoce de viande et de poisson dans l’alimentation complémentaire ainsi que la poursuite de la consommation régulière de ces aliments.

L’EFSA assurera le suivi de son avis en élaborant un second avis (publié en 2014) qui fournira des informations à la Commission concernant les composants essentiels de ces préparations.

Notes aux éditeurs

Les définitions suivantes ont été utilisées dans cet avis scientifique.

Nourrissons: enfants de moins de 12 mois.

Enfants en bas âge: enfants âgés de un à trois ans.

Préparation pour nourrissons: aliment destiné à être utilisé chez les nourrissons pendant les premiers mois de la vie et répondant à lui seul aux besoins nutritionnels des nourrissons jusqu’à l’introduction d’une alimentation complémentaire appropriée.

Préparation de suite: aliment destiné aux nourrissons, lors de l’introduction d’une alimentation complémentaire appropriée, et qui constitue l’élément liquide principal d’une alimentation progressivement diversifiée de ces nourrissons.

Media contacts

Relations Médias EFSA 
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu