Fièvre de la vallée du Rift: l'EFSA se penche sur le risque d'introduction et de propagation dans les pays méditerranéens voisins de l'UE

Nouvelle
26 avril 2013

L'introduction de la fièvre de la vallée du Rift dans des pays d'Afrique du Nord et du Proche-Orient qui bordent la mer Méditerranée est le plus susceptible de se produire par le biais des déplacements incontrôlés d’animaux infectés provenant d'Afrique de l'Est et de la péninsule Arabique. C'est l'une des conclusions de l’avis rendu par le groupe scientifique de l'EFSA sur la santé et le bien-être des animaux (groupe AHAW).

La fièvre de la vallée du Rift est une maladie très contagieuse qui affecte les animaux et l’homme et qui peut potentiellement se révéler fatale. Elle est transmise par les moustiques et par contact avec le sang ou les tissus d'animaux infectés. Parallèlement à d'importantes conséquences pour la santé animale et humaine, la fièvre de la vallée du Rift a également une incidence sur les moyens d'existence de la population, le commerce des animaux et la sécurité de l’approvisionnement alimentaire.

Sur la base des éléments disponibles dans la littérature scientifique et les rapports relatifs aux foyers épidémiques, le groupe scientifique AHAW a conclu qu’au cours de ces 10 dernières années, la fièvre de la vallée du Rift ne s’était pas propagée à de nouveaux pays. Le groupe a toutefois noté qu'en Mauritanie, la maladie s’était déplacée vers une zone désertique du Nord.

Afin de recueillir des informations sur le risque d'introduction du virus de la fièvre de la vallée du Rift, l'EFSA a organisé des ateliers avec des experts issus des pays de la Méditerranée et des zones affectées concernés.

L’examen de la distribution géographique des moustiques qui transmettent ce virus a permis au groupe scientifique AHAW de constater que la région du Sud de la Méditerranée offrait des conditions climatiques (précipitations et température) et environnementales favorables à la présence des vecteurs de cette maladie, particulièrement en été et en automne.

Si un foyer épidémique devait se déclarer, la maladie pourrait être introduite dans des pays d'Afrique du Nord et du Proche-Orient par l’intermédiaire d’animaux infectés se déplaçant vers le Nord depuis l'Afrique de l'Est ou via la péninsule Arabique. D'autres voies moins probables sont les déplacements d’animaux en provenance d'Afrique centrale et de l'Ouest. Le groupe scientifique a élaboré un modèle pour évaluer et quantifier le risque d'apparition du virus de la fièvre de la vallée du Rift en Afrique du Nord et au Proche-Orient en cas de foyer épidémique. Les experts ont estimé qu'il était moins probable que le virus de la fièvre de la vallée du Rift soit introduit par des mouvements de moustiques que par des animaux infectés.

L'avis souligne également que, si un foyer épidémique dû à la fièvre de la vallée du Rift se déclarait dans les pays d'Afrique du Nord et du Proche-Orient, la maladie serait potentiellement susceptible de se propager le long des régions côtières et du delta du Nil, en raison de la densité des élevages et de la présence dans cette région de moustiques qui peuvent transmettre le virus.

Le groupe scientifique AHAW a formulé plusieurs recommandations afin de protéger l'Europe et les pays méditerranéens voisins contre l’introduction et la propagation éventuelles de la fièvre de la vallée du Rift. Des outils de surveillance, de contrôle et de signalement efficaces doivent être mis en œuvre afin d’être en mesure de mieux détecter toute modification de la présence de la maladie chez les animaux. D'autres études sont également nécessaires pour cartographier les variations saisonnières de la présence des moustiques et mieux comprendre la capacité de ces vecteurs à transmettre la maladie. Des efforts devraient aussi être déployés pour contrôler les déplacements possibles d’animaux en Afrique du Nord et au Proche-Orient.


Notes aux éditeurs:

  • La fièvre de la vallée du Rift est généralement observée en Afrique orientale et occidentale, mais le virus existe également en Afrique australe et à Madagascar, ainsi que le long de la vallée du Nil. En 2000, un foyer épidémique de fièvre de la vallée du Rift a été signalé en Arabie Saoudite et au Yémen.
  • Les pays couverts par cet avis scientifique sont le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, la Jordanie, Israël, les territoires palestiniens, le Liban et la Syrie. L'Égypte et la Mauritanie ont été exclues car le virus a déjà été introduit dans ces pays.
  • La fièvre de la vallée du Rift est une maladie soumise à notification, conformément à la directive 82/894/CEE du Conseil sur la notification des maladies animales dans l’Union européenne. Les mesures destinées à empêcher l'introduction et à contrôler cette maladie sont fixées dans la directive 92/119/CEE du Conseil.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu