Souches VTEC: l’EFSA examine les risques pour la santé publique

Nouvelle
9 avril 2013

Les experts scientifiques de l’EFSA estiment qu’il n’est actuellement pas possible d’identifier les souches de bactéries VTEC ayant le potentiel de provoquer des maladies chez l’homme. Afin d’aider les gestionnaires des risques à identifier les risques pour la santé humaine, l’EFSA a proposé un système pour catégoriser les souches VTEC en fonction de leur potentiel pathogène. Ces travaux ont été entrepris en réponse à une demande du Ministère fédéral autrichien de la santé.

Les VTEC (Escherichia Coli productrices de vérocytotoxines) constituent un groupe de bactéries E. coli pathogènes pouvant engendrer des diarrhées hémorragiques et le syndrome hémolytique et urémique chez l’homme, une maladie grave pouvant entraîner une insuffisance rénale et être fatale [1].

Le groupe scientifique sur les dangers biologiques de l’EFSA (groupe BIOHAZ) a évalué des données de l’UE sur différentes souches de VTEC en ce qui concerne la fréquence avec laquelle elles sont signalées, la gravité de la maladie humaine provoquée par les souches et leur lien avec les foyers épidémiques. Le groupe scientifique a conclu qu’il n’était actuellement pas possible de prédire complètement le potentiel qu’a une souche de VTEC détectée dans l’alimentation de provoquer une maladie humaine.

Le groupe scientifique a cependant fourni des orientations de façon à aider les autorités de santé publique à évaluer les risques associés à des souches de VTEC. Ils ont proposé un système qui comprend la détection de gènes spécifiques dans des souches VTEC chez l’homme, dans les denrées alimentaires et chez les animaux. L’EFSA révisera régulièrement ce système pour améliorer les évaluations des risques dans le futur.

Compte tenu du faible taux de signalement des cas humains et du manque de disponibilité d’informations complètes, les experts scientifiques de l’EFSA ont également recommandé que tous les États membres collectent des données détaillées sur les souches de VTEC lorsque celles-ci sont détectées. Des rapports précis contribueront à prévoir les facteurs responsables de la gravité des infections humaines et des foyers épidémiques.

Pour réaliser cette évaluation, le groupe scientifique s’est basé sur des données provenant du système européen de surveillance (données TESSy) fournies par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, et sur le rapport de synthèse de l’UE sur les tendances et les sources des zoonoses, des agents zoonotiques et des foyers épidémiques d’origine alimentaire en 2011, publié ce jour. Ils ont également utilisé des données issues de la littérature scientifique dans ce domaine.


Notes aux éditeurs:

[1] Une souche virulente et rare de VTEC, O104:H4, a été identifiée comme étant à l’origine du foyer épidémique d’E. coli de 2011 en France et en Allemagne.

Pour les questions provenant des médias, veuillez contacter le service:
Relations Médias EFSA
Tél. +39 0521 036 149
E-mail: Press@efsa.europa.eu