Les mesures de l’UE contribuent à réduire les cas de salmonellose chez l’homme de près de 50 %

Dossier
30 janvier 2012

Une menace majeure pour la santé publique

Salmonella, une bactérie causant la salmonellose chez l’homme, était jusqu’en 2005 la maladie d’origine alimentaire la plus courante dans l’Union européenne (EU), avec près de 200 000 cas signalés chez l’homme cette année-là. Selon les estimations, le coût économique total de la salmonellose humaine pour l’UE pourrait atteindre 3 milliards d’euros par an.

La salmonellose est une zoonose, c’est-à-dire une maladie ou infection qui peut se transmettre directement ou indirectement entre des animaux et des humains. La bactérie est fréquemment présente dans les intestins d’oiseaux et de mammifères sains. Elle peut se propager à des humains par l’intermédiaire d’œufs et de viande contaminés, le plus souvent de la viande de volaille et de porc. Ses symptômes habituels sont notamment la fièvre, la diarrhée et des crampes abdominales.

Actions communes de l’UE avec le soutien scientifique de l’EFSA

Afin de combattre la salmonellose chez l’homme, il est important de réduire la présence de Salmonella chez les animaux et dans les produits dérivés afin que les aliments soient plus sûrs pour les consommateurs. En 2003, l’UE a établi un éventail complet de mesures visant à maîtriser les zoonoses, parmi lesquelles Salmonella est une priorité. Des programmes renforcés de réduction de Salmonella chez les volailles ont été mis en œuvre dans tous les États membres de l’UE et des objectifs de réduction de la présence des bactéries dans les troupeaux de volaille (poules pondeuses, poulets de chair et dindes) ont été définis.

Afin de favoriser la réduction de la présence de Salmonella dans la filière alimentaire, l’EFSA a émis des avis relatifs aux risques pour la santé publique d’animaux infectés et a formulé des recommandations et des avis sur les mesures de lutte et de réduction, comme des objectifs de réduction chez les volailles et dans la viande de volaille et l’utilisation de vaccins et d’antimicrobiens pour maîtriser Salmonella. L’EFSA a également évalué l’impact de différentes mesures destinées à lutter contre Salmonella chez le porc.

L’EFSA a apporté son assistance aux décideurs en procédant à l’analyse des résultats d’enquêtes de référence dans l’ensemble de l’UE sur la prévalence de Salmonella dans les aliments et les animaux producteurs d’aliments, y compris l’évaluation des facteurs de risque qui contribuent à sa prévalence dans des populations d’animaux et des denrées alimentaires. De plus, l’incidence de Salmonella chez l’homme, les animaux et dans les aliments est contrôlée et analysée dans des rapports de synthèse de l’UE établis par l’EFSA et le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC), publiés chaque année afin de fournir des informations actualisées sur la situation en Europe.

Un exemple concret des activités de l’EFSA est la contribution de l’EFSA à la définition d’objectifs de réduction dans l’UE de la présence de Salmonella chez les poules pondeuses. Afin de déterminer la situation initiale, la Commission européenne et les États membres ont réalisé une enquête dans l’ensemble de l’UE sur la prévalence des bactéries dans les troupeaux de volaille et l’EFSA a analysé les résultats de l’enquête. Sur la base de ces observations, l’UE et les décideurs nationaux ont défini des cibles afin de réduire significativement la prévalence de Salmonella dans des troupeaux de poules pondeuses, à 2 % ou moins à terme dans l’ensemble des États membres de l’UE (par rapport à une situation initiale d’environ 20 % dans certains États membres). L’impact du programme de réduction et de lutte sur la prévalence réelle de Salmonella chez les animaux ainsi que sur les cas de salmonellose humaine est analysé chaque année dans des rapports de synthèse de l’UE. Compte tenu des révisions possibles des cibles actuelles, l’EFSA a également estimé les bénéfices pour la santé publique de la définition éventuelle de nouveaux objectifs.

Réduction significative de l’incidence de Salmonella chez les humains et les animaux

L’approche coordonnée par l’ensemble des acteurs de l’UE a eu des résultats significatifs : les cas de Salmonella chez l’homme ont diminué de près de moitié dans l’UE en cinq ans (de 2004 à 2009). Parallèlement, la prévalence de Salmonella chez les volailles a diminué de manière significative, en particulier dans les troupeaux de poules pondeuses. La réduction des bactéries dans les troupeaux de poules pondeuses pourrait être la principale raison de la diminution des cas de Salmonella chez des humains, étant donné que les œufs sont considérés comme la source la plus importante d’infections humaines dans l’UE.

L’EFSA et le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies continuent d’analyser les données collectées auprès des États membres chaque année, afin de surveiller la situation et les progrès effectués dans la réalisation des objectifs définis en ce qui concerne la réduction de Salmonella dans différentes populations animales. Les travaux scientifiques que l’EFSA poursuit sans interruption, tels que, le cas échéant, l’évaluation de nouvelles options de contrôle et de nouveaux objectifs de réduction, sont mis à profit par la Commission européenne et les États membres pour réévaluer les objectifs existants et envisager d’autres options de maîtrise pour poursuivre la lutte contre cette menace pour la santé publique.